jeudi 18 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéÉditoConversion papale

Conversion papale

Vous avez bien lu. Zébuline va manquer à toute sa tradition d’athéisme convaincu, à sa conviction de neutralité laïque, à son scepticisme quant à l’œcuménisme monothéiste, à son esprit critique qui tempère, souvent, ses admirations. 

QU’EST-CE QU’Il EST BIEN CE PAPE ! 

Non mais, sans rire, quel beau discours au palais du Pharo ! Un pape qui s’affiche avec SOS Méditerranée, que l’extrême droite et une partie de la droite françaises accusent de trafic humain ; un pape qui rappelle que le message de son Christ est celui de l’accueil de tous les êtres humains nécessiteux ; un pape qui vient à Marseille, et non en France, parce qu’il sait que c’est en Méditerranée que se jouera le futur de l’Europe, qui dépendra de sa capacité d’ouverture… 

Alors, bien sûr, on peut déplorer le rapide, et convenu, refus de l’avortement. On peut s’étonner que ceux qui brandissent l’interdiction de l’abaya assistent sans sourciller, et officiellement, à la messe. On peut rappeler que l’église catholique est profondément sexiste, que les religieuses y ont une fonction subalterne et que l’égalité homme/femme, inscrite dans les lois de notre République, n’y est pas respectée. On peut souligner que l’histoire de l’Église catholique est autant celle des conquêtes coloniales et des guerres de religion, des procès en hérésie et des sorcières qu’on brûle, que celle de l’accueil et de la bienveillance. 

Mais justement, quelle victoire que ce pape là inscrive à nouveau l’Église catholique dans le progrès civilisationnel ! 

Quoique ? 

Pour certains catholiques progressistes, le discours de Marseille permet au pape de ne pas adresser ses reproches directement au gouvernement néo-fasciste italien, et de choisir le détour. Pour les mêmes catholiques progressistes, l’insistance du pape à venir à Marseille, et non en France, lui évite aussi d’affronter les problèmes systémiques de l’Église française, où les tendances fondamentalistes dominent, et où la fréquence hallucinante des actes de pédophilie du clergé n’a pas empêché qu’il s’érige en donneur de leçon, et fomente un violent mouvement de refus de la parentalité homosexuelle. 

Reste que le discours du pape François à Marseille cloue le bec à tous ceux qui  nient que nous sommes nés de la circulation des idées et des hommes, du mariage de Gyptis et Protis et de la main tendue à l’autre. Si, comme le dit Renaud Muselier, la Provence a des « racines chrétiennes », ce n’est pas par son histoire, largement antique et polythéiste, faite de défaites et d’annexion franque. C’est par sa tradition d’accueil des Maries venues de la mer, qu’elles soient saintes ou non, noires ou blanches, Suppliantes d’Eschyle ou passagères de l’Exodus.

AGNÈS FRESCHEL

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus