mercredi 21 février 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesEn rayonDe l’infiniment petit à l’infiniment grand 

De l’infiniment petit à l’infiniment grand 

Dans La femme qui a reconstitué le monde, Eva Tind propose une biographie-fiction de Marie Hammer. Entomologiste danoise qui aura documenté la thèse de la dérive des continents, tout en étant restée fidèle à ses désirs essentiels

Dans ce roman biographique, La femme qui a reconstitué le monde, Eva Tind définit le processus d’adhésion d’une chercheuse à son objet de recherche, à la fois « utile » et « palpitant » : les acariens de mousse, leur répartition géographique validant l’hypothèse de « La dérive des continents comme une tectonique des plaques ». Côté vie minuscule, viennent les descriptions précises des petits animaux, côté vie majuscule, celles des processus propres à la constitution du monde.

La focalisation sur le personnage de Marie se fait progressivement, depuis sa place dans la fratrie, avec sa sœur jumelle notamment. La passion de Marie pour les acariens est directement liée à un quotidien générateur d’expériences. Aussi, l’érudition scientifique se mêle-t-elle aux ressentis du personnage. L’appréhension du monde, chez Marie, est fondamentalement corporelle, sensorielle, et instinctive. 

Règne animal et cause des femmes

La proximité de Marie avec la vie s’exprime dans son tropisme zoologique, mais aussi dans ses relations affectives et amoureuses. Le désir sexuel pour les hommes de sa vie s’exprime à l’état vif, tel une force magnétique : « Son corps est une bête autonome, douée d’une volonté indomptable qui fait ce qu’elle veut d’elle ». 

L’échelle individuelle, celle de l’héroïne, est en permanence confrontée à l’échelle collective du monde patriarcal, y compris au Danemark, dans toutes ses dimensions, des plus intimes, telles que la passion ou la domesticité, aux plus publiques, telles que la profession ou la célébrité. Un féminisme d’époque est cerné, qui trouve, à la faveur de ses nombreux voyages, à s’articuler à la condamnation des agissements coloniaux. Ce roman restitue ainsi la dynamique complexe d’une vie de femme, pourtant oubliée, soumise aux forces conjointes de la passion et du défi. 

FLORENCE LETHURGEZ

La femme qui a reconstitué le monde, de Eva Tind
Traduit du danois par Christine Berlioz et Laila Flink Thullesen
Gallimard – 26 €
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus