samedi 2 mars 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesFest’hiver programme du neuf 

Fest’hiver programme du neuf 

Les Scènes d’Avignon offrent une ou deux soirées chacune à de jeunes compagnies régionales. Parfois.

Le Fest’hiver a été fondé il y a bientôt quinze ans par les théâtres dits historiques (théâtres des Carmes, des  Halles, du Chêne noir, du Chien qui fume, du Balcon), qui se sont autoproclamés depuis 2003 Scènes d’Avignon. L’événement affiche pour vocation première la découverte de jeunes compagnies issues de la région Sud, et la plupart du temps avignonnaises. Cependant, au fil des éditions, les critères d’émergence et de proximité se sont quelque peu réduits. La preuve en est, cette année, la programmation de Black Boy, par le Théâtre du Mantois, implanté depuis les années 70 dans les Yvelines.

Nouveau-né, nouveaux adoubés
La jeunesse reste pourtant au rendez-vous au Chien qui fume, où Hugo Valat, signe et met en scène Pendant ce temps, à Montréal. Victimes d’un accident, Nina et son frère Sam se perdent dans une forêt. Les rescapés croisent des « autochtones » : elfes, faunes, chasseresses.., ou des « étrangers », venus camoufler leurs inclinations intimes sous la frondaison. Dense, débordante comme un premier texte, la partition conjugue, farce et déclamation, errance mentale et illusion comique. La compagnie s’appelle Bromios, Au bruyant cortège, en  grec ancien, de Bromios, terme choisi par la troupe pour servir des formes d’aujourd’hui sans délaisser les épistoliers d’hier.
Adoubée, il y a deux ans, dans le cénacle des Scènes d’Avignon, Laetitia Mazzoléni confie son Théâtre Transversal à la Cie vauclusienne Divine Quincaillerie. Rompus aux arts de la rue, Vanessa Clément et Thierry Hett, s’aventurent à l’intérieur d’une boîte noire. Dans un espace entre décharge et vide grenier, deux bricoleurs-sampleurs bidouillent des mécanismes à partir de rebus recyclés. « Le mieux est l’ennemi du bien », tel pourrait être le codicille de L’Effet Goldberg, installation engagée et joueuse, sur les notions d’accumulation et de récupération.

Néo-arrivants
Aux nouveaux-nés s’ajoutent des nouveaux-venus. Raouf Raïs ayant transféré dans la Cité des Papes, sa compagnie Sortie 23. Présentées lors du Off 2019, Les FrustréEs ont repassé une soirée au Théâtre des Halles. Adaptation de la série humoristique publiée par Claire Bretécher (1940-2020), la proposition féminise son titre et puise son intérêt dans les extraits d’interviews données par la seule femme de l’âge d’or de la BD française des années 70.
« Les gens de droite suivent une voie toute tracée, les gens de gauche ont des itinéraires beaucoup plus sinueux. »La dessinatrice, qui ne souriait  jamais, expliquait ainsi son attention amusée pour la bourgeoisie post soixante-huitarde, qu’elle disséquait e au fil des planches. Appréhender les femmes, le féminisme et le patriarcat,en retrouvant cette ironie caustique, relève, par les temps qui courent, d’une démarche ravigorante.

MICHEL FLANDRIN

 Ces représentations se sont données dans le cadre du Fest’hiver qui se poursuit jusqu’au 2 février à Avignon
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus