vendredi 24 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéIdées et rencontresJeu de l’Oie : la nourriture et l’esprit 

Jeu de l’Oie : la nourriture et l’esprit 

Avec pour thème « se nourrir en méditerranée », le festival interdisciplinaire d’Aix-Marseille Université invite à la réflexion comme à la convivialité ces 15 et 16 septembre

Conférences, ateliers, dégustations, concerts, le tout en entrée libre, c’est ce à quoi invite le festival Jeu de l’Oie, les 15 et 16 septembre. Une manifestation conçue par la Mission Interdisciplinarité(s) d’Aix-Marseille Université, qui travaille comme son nom l’indique au dialogue entre champs disciplinaires. L’objectif étant, aussi, de rapprocher les différentes entités universitaires – personnels, corps enseignant – des étudiants et du grand public, et de s’ouvrir sur le territoire, via un dispositif hors-les-murs.

C’est donc le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée et le Théâtre national de Marseille, La Criée, qui vont ouvrir leurs portes au Jeu de l’Oie. Se nourrir en Méditerranée, thème de cette quatrième édition, résonne pleinement avec les missions et les fonds du Mucem, en particulier le parcours Le Grand Mezzé, dans ses espaces d’expositions permanentes. Manger est un acte éminemment culturel, auquel les sciences sociales ne cessent de revenir. Aussi il sera passionnant d’entendre les invités des tables rondes aborder le sujet sous des angles multiples. Celui des héritages, par exemple, aux côtés de Thierry Fabre qui réunit deux historiens, une cheffe, un nutri-généticien et des anthropologues pour évoquer les déclinaisons du fameux « régime crétois » sur le temps long (le 15 septembre à 10h30). Ou celui, brûlant, du devenir de l’agriculture, dans un bassin méditerranéen frappé au premier chef par le dérèglement climatique (le même jour, à 14h, avec des spécialistes de droit, agronomie, ethnobiologie…).

Je panse donc je suis ?

Pas question d’éluder les questions qui fâchent : Aix-Marseille Université a eu son lot de détresses inacceptables durant la crise sanitaire, avec des étudiants qui ont dû compter sur la solidarité de leurs pairs, un comble, pour parvenir à se nourrir. La précarité alimentaire n’est toujours pas résolue et les inégalités s’aggravent avec la hausse continuelle des prix, aussi des épiceries solidaires seront présentées durant le festival. Un pique-nique préparé par les Grandes Tables leur sera offert, ainsi qu’à tous les participants de la matinée.

Le lendemain, direction La Criée, pour des dégustations littéraires, concoctées par la librairie Histoire de l’œil, un atelier « pour jouer à penser » avec Grégoire Ingold et Fabienne Jullien (puisqu’après tout il faudrait manger pour vivre, et non pas vivre pour manger), ou encore la projection du film de Cyril Dion, Un monde nouveau. Bouquet final sur le grand plateau, avec un concert de Michel Portal et une scène ouverte jazz. Mais au fait, pourquoi ce festival s’appelle-t-il Jeu de l’Oie ? Il s’agirait d’une référence symbolique : l’oie annonce traditionnellement le danger, et le dessin du jeu en forme de spirale évoque le labyrinthe de la vie, dans lequel les êtres humains évoluent en quête de savoir.

GAËLLE CLOAREC

L’oie se consomme aussi en concerts et projections
Les banquets et conférences autour de la nourriture en Méditerranée s’assortissent d’une programmation artistique de choix, même si on peut regretter qu’elle soit, en dehors de la projection organisée par Films Femmes Méditerranée (FFM), très majoritairement masculine. 
Au Mucem 
Le 15 septembre à  15h30 trois documentaires programmés par le CMCA aborderont les questions de semences au Liban, de pêche au Maroc et de couscous en Tunisie. 
Puis à 19h30, l’excellent formation universitaire Jazz O AMU, qui réunit élèves et personnels enseignant et administratif de l’Université, ouvrira la soirée. Place ensuite à Yuksek, le célèbre DJ rémois, aussi bien connu pour ses sets électroniques et dansants, que pour ses compositions de musiques de film.
À la Criée
Le 16 septembre le Jeu de l’Oie se déplace à La Criée et ouvre dès 11h avec FFM et la seule œuvre de femme au programme, de la réalisatrice Angeliki Antoniou : Green sea suit l’itinéraire d’Anna, cuisinière grecque qui a perdu la mémoire mais pas le goût de la pâtisserie… 
À midi, Robin Renucci revisitera les danses populaires avec le violoniste Bertrand Cervera, puis reviendra à 19h, toujours avec le violoniste, lire des textes de Jean Giono.
Entretemps, à 17h projection d’un documentaire de Cyril Dion qui propose des Solutions pour la planète, et lectures en continu de cinq élèves comédiens de l’Eracm, dirigé·e·s par Aurélien Barré.
À partir de 21h, soirée jazz concoctée avec le Marseille Jazz des cinq continents : Michel Portal, légende du genre, sera entouré des musiciens de son quartet (Bojan Z, Julien Herné et Stéphane Galland) auxquels s’adjoindront Eivind Aarset, guitariste norvégien et Yazz Ahmed, trompettiste anglaise. Seul concert payant de la programmation.
À partir de 23h la soirée se continuera dans le hall de La Criée avec Lada Obradovic, batteuse et compositrice, et le pianiste David Tixier. Toujours en entrée libre !
A.F.
Jeu de l’Oie
15 et 16 septembre
Mucem / La Criée, Marseille
festivaljeudeloie2023.univ-amu.fr
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus