mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesÀ Villeneuve en Scène, l’itinérance se donne en spectacle

À Villeneuve en Scène, l’itinérance se donne en spectacle

Le festival de Villeneuve-lès-Avignon fait la part belle aux écritures itinérantes avec treize spectacles proposés dans différents lieux de la ville

À Villeneuve en Scène, les spectacles viennent aux spectateurs plutôt que l’inverse. Théâtre, danse et cirque contemporain investissent les champs, les places et les monuments historiques.

C’est justement dans le majestueux cadre de la Chartreuse de Villeneuve, au soleil couchant, que se produit Marion Coulomb dans La Boite de Pandore. Seule en scène au milieu de la chapelle à moitié effondrée où roucoulent les tourterelles, Marion Coulomb déballe tout. Son histoire, celle d’une jeune fille de 12 ans violée pendant quatre ans par le compagnon de sa sœur. Son combat, contre l’emprise de cet homme d’abord, puis contre le silence et le tabou autour des violences sexuelles sur mineur. Une narration d’une grande finesse qui s’ajoute à la virtuosité de son art, celui du cirque.

Avec poésie, douceur, mais aussi dureté, elle raconte comment le cirque l’a aidé à survivre et retrouver son corps. Elle se libère en grimpant à la corde avec une époustouflante facilité, en racontant le procès de son agresseur avec des marionnettes ou en chantant et en jouant de la guitare pour témoigner. Témoigner des agressions bien sûr, mais aussi de la peur, de la honte et de la culpabilité dont elle a peiné à se débarrasser. Une manière de parvenir à en parler pour se libérer et penser l’après.

Fin du monde

Le Théâtre de la Manufacture du CDN Nancy Lorraine a également choisi des thématiques fortes pour ses spectacles. La compagnie présente deux pièces itinérantes à destination d’un public de scolaires. Il faut néanmoins être réceptif aux contraintes de l’itinérance pour réussir à s’abstraire de la salle nue aux quelques chaises qui fait office de lieu de représentation.

Le premier des deux spectacles aborde le thème de la mort et de sa perception par les enfants. Dans Dissolution, Rachid Bouali interprète seul sur scène un homme venu avec son fils rendre une dernière fois visite à son père sur le point de mourir sur son lit d’hôpital. On perçoit la gêne du père et du fils, les questionnements des deux côtés, mais on en sort avec le sentiment d’avoir seulement effleuré le sujet. Peut-être une première approche pour mieux en parler ensuite, car un débat est proposé avec les enfants à l’issu du spectacle.

Skolstrejk est une pièce plus politique pour un public adolescent. Deux comédiens débordant d’énergie, Morgane Deman et Sébastien Poirot, dépeignent la trajectoire de Louise, ou plutôt « Freevelt » comme elle-même se nomme. Inspirée par Greta Thunberg, elle prend conscience de l’urgence climatique et organise une grève pour le climat dans son collège contre l’immobilisme face au changement climatique. L’histoire prenante d’un éveil politique et d’un début d’organisation collective.

Rafael Benabdelmoumene

Le festival Villeneuve en Scène se tient jusqu’au 22 juillet à Villeneuve-lès-Avignon.

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus