mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsArt-o-rama à tout prix

Art-o-rama à tout prix

La 17e édition du salon international d’art contemporain Art-o-rama s’est déroulée entre le 31 août et le 3 septembre à la Friche la Belle de Mai : un aperçu panoramique de la création contemporaine

60 exposants dont 41 galeries, 17 éditeurs en art et en design et deux project-spaces, venant de quatorze pays et de trois continents. Le tout juste à côté des expositions Ni drame ni suspense consacrée par Triangle-Astérides aux artistes résidents des Ateliers de la Ville de Marseille, Drift avec les diplômé·es de l’École de Beaux-Arts de Marseille, et Fondant, premier solo show en France de l’artiste britannique Zoe Williams ! Bref, la Friche a été pendant ce premier week-end de septembre un vaste spot d’art contemporain, rapprochant scène locale et internationale, offrant de la visibilité, à côté d’artistes confirmés, à de nombreux·ses jeunes artistes. À Art-o-rama, les propositions des galeries invitées (dont une moitié participaient pour la première fois) se sont déclinées en 28 solos-shows et huit duos d’artistes. Quatre jours de salon ponctués de projections de films d’artistes et de cinéma expérimental et de discussions avec des artistes.

Des prix

Neuf prix ont été décernés pendant cette 17e édition, par des acteurs locaux ou internationaux, débouchant sur des acquisitions, des compensations, des résidences, de l’accompagnement et/ou de la visibilité. Les prix d’acquisitions : Because of many suns, créé par Collezione Taurisano (Naples, Italie) dans le but de soutenir « les pratiques artistiques émergentes qui présentent un regard perspicace sur la société contemporaine ». Le prix Benoît Doche de Laquintane, collectionneur bordelais, pour une œuvre « en lien avec la poésie et le temps présent ». Le prix Marval, collection privée basée entre Berlin et Milan, qui soutient de jeunes artistes innovant·e·s. Et le prix Pébéo. Pour le reste, le prix Roger Pailhas distingue le projet curatorial le plus innovant, en offrant le remboursement des frais de participation à la foire. Le prix Nice (He)art permet d’être invité à The Heart for Heart Program, résidence d’artistes basée à Nice. En art et design, le prix de la Région Sud offre accompagnement, temps de résidence, bourse de 2000 euros, et focus lors du salon Art-o-rama. Et le prix François Bret des Beaux-Arts de Marseille, décerné à deux jeunes diplômé·e·s de l’École, offre un focus lors du salon et un accompagnement. 

Des lauréats

Si comme lors des deux éditions précédentes, c’est la présence d’une peinture figurative et colorée, voire décorative qui dominait massivement dans les allées et les stands du salon, les choix des jurys qui ont décerné les différents prix ont été complètement à rebours. Ainsi, parmi les lauréats de cette année, les sculptures minuscules, assemblages de matériaux hétéroclites, de Michael Ross, fixées sur les cimaises de la Galeria Mascota, Mexico (prix Roger Pailhas). De la documentation photographique autour des trouvailles d’objets dans des espaces abandonnés de l’artiste mexicain Juan Pablo Macías, présentée par Gian Marco Casini Gallery, Livourne (Prix Because of many suns). Une « contre-archéologie » de Marseille, sculptures et images associant vestiges des mythes anciens et mise en scène futuriste du français Léo Fourdrinier, présenté par la Galerie Hatch, Paris (Prix Marval Prize). Ou bien encore une sculpture-installation-vidéo de la Lituanienne Anastasia Sosunova, présentée par eastcontemporary, Milan, œuvre inspirée de ses recherches axées sur une thérapie de l’addiction créée grâce à des études cybernétiques appliquées à l’esprit. Quant au prix Art de la Région Sud, il a été attribué à Théophylle Dcx, diplômé de la Villa Arson, qui mélange écriture poétique, performance et vidéo, en explorant « ses différentes coordonnées sociales et politiques de jeune pédé, de personne séropositive, de travailleur du sexe, d’artiste et de fêtard passionné par la musique, la danse et le clubbing ».

MARC VOIRY

Art-o-rama s’est tenu du 31 août au 3 septembre à la Friche la Belle de Mai, Marseille.
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus