mardi 20 février 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesAvec des pages comme des ailes

Avec des pages comme des ailes

Adapté au théâtre en 1982 par Jacques Weber, le film d’Ettore Scola, Une journée particulière, retrouve le chemin des planches grâce à la metteuse en scène Lilo Baur

« J’ai joué la pièce dans la mise en scène de Weber, sourit le directeur des théâtres, Dominique Bluzet, je garde encore un frisson amer des répliques du mari fasciste dont j’endossai le rôle » …

Une journée particulière, dans la belle traduction de Huguette Hatem, rapproche deux solitudes : Antonietta, une mère fasciste de six enfants confinée dans la sphère familiale et Gabriele, un journaliste radio, mis au ban car homosexuel. Bien sûr, on est tenté d’établir des comparaisons avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni, mais la tentation s’efface très vite ! Laetitia Casta et Roschdy Zem, costumés quasi à l’identique de leurs prédécesseurs au cinéma, campent le duo avec une juste finesse. Les blessures se révèlent avec pudeur. Une intelligente sobriété éclaire subtilement fragilités et assujettissements. L’oiseau qui s’échappe de la modeste cuisine d’Antonietta sert de prétexte à la rencontre. Son envol amène, selon Lilo Baur, l’image du livre, Les trois mousquetaires, que Gabriele donnera à Antonietta : symbole d’une résistance à sa condition qui la veut illettrée. Le décor mouvant orchestre un véritable ballet des cloisons qui s’ouvrent et se referment sur les différents lieux de la double action. À la sensation d’une unité classique de temps, répond, brisant le carcan, la multiplicité des lieux et des actions. Les clameurs des rues qui applaudissent à grand renfort de défilés la rencontre entre le Duce et Hitler se transcrivent en esquisses projetées sur le décor qui garde aussi les traces des ailes de l’oiseau. Un spectacle d’une sensible poésie, exigeant dans tous les rôles, avec les convaincants Joan Bellviure (Emanuele, le mari) et Sandra Choquet (la Concierge). La parenthèse de cette éphémère rencontre résonne comme un pied de nez aux Pères Ubu de tout poil.

MARYVONNE COLOMBANI

Une journée particulière a été joué du 23 au 31 janvier au Jeu de Paume, Aix-en-Provence
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus