mercredi 28 février 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesDans les flashs de Michel Kelemenis

Dans les flashs de Michel Kelemenis

Versus, la nouvelle création du chorégraphe marseillais est présentée à Klap - Maison pour la danse du 9 au 12 janvier

Après Coup de grâce, en écho aux attentats du 13 novembre 2015, Légendes, spectacle jeune public sur les enjeux écologiques, 8m3 en réponse au confinement, et Magnifiques, hymne à la jeunesse et à la danse, inspiré par le Magnificat de J.-S. Bach, Versus est la création 2024 de Michel Kelemenis, fondateur et directeur de Klap – Maison pour la danse. Une pièce qui, comme il nous le racontait dans une interview récente [lire sur l’entretien ici], se centre cette fois-ci sur des questions d’ordre purement chorégraphique, se détachant des thématiques d’actualité. Un travail sur la structure même du duo, « duo à quatre corps », et « duo d’aimants, au double sens de ce terme ».

Substitutions

Quatre petits gradins et quelques coussins au sol délimitent un espace central. Les danseurs, deux femmes, deux hommes (Aurore Indaburu, Claire Indaburu, Anthony La Rosa, Max Gomard) s’avancent, pantalons et hauts blancs, pieds nus. Deux par deux, ils déroulent et coupent du scotch blanc, le fixant sur le sol noir, dessinant l’espace de jeu : un carré de cinq mètres de côté. Puis sous une lumière stroboscopique, éclate un flash de danse à toute vitesse, drum and bass hardcore, et s’arrête brutalement. Les interprètes sont ensuite des points dans l’espace, formant des figures géométriques, carré, losanges, cercles. Puis s’observant, soi-même, l’autre, se reniflant, se défiant, se détournant, s’accueillant, s’accouplant, se repoussant. Parmi les différentes figures que la chorégraphie fait naître, des mises en miroir, jouant de substitutions d’interprètes fluides et bluffantes – ou d’artiste-spectateur – douces et souriantes. Des face-à-face également, cherchant le point d’équilibre entre répulsion et attirance magnétiques, le capturant et le maintenant dans des duos dansés à la limite de l’effleurement. Dans une autre séquence, le « duo à quatre corps » se joue entre un·e et trois : échanges de regards tendus, corps trépignants, accumulant une énergie qui explose subitement, traversant l’espace en un éclair, dans un mouvement d’ensemble de corps s’entremêlant. Le scotch blanc est arraché du sol, nouveau flash de drum and bass et de danse, c’est la fin. Donnant l’impression rétrospective d’avoir assisté à un moment suspendu d’une grande intimité.

MARC VOIRY

Versus
Du 9 au 12 janvier
Klap - Maison pour la Danse, Marseille
kelemenis.fr

13 janvier
Mucem, Marseille
mucem.org
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus