vendredi 27 janvier 2023
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesJane Birkin roule les airs 

Jane Birkin roule les airs 

D’abord un film puis une pièce de théâtre, Jane Birkin adapte son Oh ! Pardon tu dormais… en musique, avec l’aide d’Étienne Daho. Elle était sur la scène des Salins à Martigues, le 21 janvier

Au début, il y a la collaboration avec le cinéaste Jacques Doillon et les conseils de ce dernier qui incite Jane Birkin à écrire non pas un court-métrage mais un format d’une heure et demie. La comédienne, chanteuse, interprète, exerce alors la finesse de son talent dans l’écriture d’un scénario. En 1992, son long métrage Oh ! Pardon tu dormais sort avec en tête d’affiche Christine Boisson et Jacques Perrin. Cette « comédie dramatique » évoque une nuit au cours de laquelle un couple se délite lentement. Le personnage féminin réveille le personnage masculin, l’empêche de dormir en multipliant les questions. L’inquiétude de perdre l’être aimé provoque inéluctablement la séparation. Tout passe à la moulinette des sentiments, amour, jalousie, mort, souvenirs, travail, vie quotidienne. Le film sera adapté au théâtre en 1999. 

Élégance à l’anglaise
Étienne Daho, séduit par la force du texte, pousse l’autrice à en extraire des passages qui deviendront les chansons d’un superbe album studio que les deux artistes réalisent ensemble avec la complicité de Jean-Louis Piérot (piano, guitare et direction musicale aux côtés d’Étienne Daho). Les mots trouvent leur musique dans une orchestration pop d’une belle tenue. Le travail musical précis, délicat, s’accorde à la voix de l’interprète, à ses fêlures, ses accentuations d’outre-manche, son phrasé qui donne chair aux mots. Les feuilles de salle ne s’y trompent pas qui spécifient non pas « chant », mais « interprétation » pour désigner le rôle de Jane Birkin qui s’empare avec un charme inimitable de ses propres textes et de ceux coécrits avec Daho. François Poggio (guitare), Colin Russel (batterie) et Marcelo Giuliani (basse) complètent le plateau. Une âme tout entière se livre ici, explorant les variations d’humeur, les crispations, les élans, les remords, les regrets, les heurts d’un couple. Et les fils musicaux de se tresser dans leur arachnéenne fragilité.

MARYVONNE COLOMBANI

Oh ! Pardon tu dormais… de Jane Birkin
21 janvier
Les Salins, scène nationale de Martigues
04 42 49 02 00
les-salins.net
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus