mercredi 22 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsLe génie de Baya

Le génie de Baya

Quarante ans après le musée Cantini, le Centre de la Vieille Charité nous fait entrer dans l’univers joyeux, positif, inclusif et fédérateur de l’artiste algérienne

Le destin hors du commun de Fatma Haddad, connue sous le nom qu’elle s’était choisi Baya (1931-1998), est aujourd’hui reconsidéré par l’Institut du monde arabe à Paris et les musées de Marseille à travers l’exposition Baya, Femmes en leur jardin. Car il s’agit-là d’une nouvelle approche contextuelle, post coloniale et féministe de sa trajectoire et de son œuvre mises en relation directe avec le patrimoine matériel et immatériel de son pays d’origine : l’Algérie. Ce nouveau regard transcende son vocabulaire plastique et la densité culturelle de ses travaux. Comme le souligne Nicolas Misery, directeur des musées de la Ville, « Baya est une artiste autodidacte, féministe, algérienne et qui a donc été longtemps ostracisée. Les regards portés sur elle à l’époque sont mis en lumière pour comprendre comment elle était ou non acceptée et considérée ». Hormis l’intérêt incontestable de son œuvre protéiforme réunie grâce aux archives publiques et familiales, aux prêts muséaux (trois œuvres de Baya ont été acquises en 1982 par la Ville) et particuliers, l’exposition permet de rendre sa voix à Baya. De la faire entendre en français, en arabe et en anglais à un vaste public car « tout le monde à Marseille a une histoire avec elle, et la notion de réconciliation est très forte dans le projet ».

Huppes, 1975. Gouache sur papier, 100 x150cm. Collection Kamel Lazaar Foundation

Itinéraire d’une enfant précoce

Baya est âgée de 16 ans (!) lorsqu’en 1947 le galeriste Aimé Maeght expose à Paris ses gouaches et céramiques. Une percée considérée comme « miraculeuse », suivie d’une consécration, qui provoqua une avalanche de titres de presse aux relents coloniaux : « Baya, petite fille des mille et une nuits », « Vraie et fausse naïveté »… Une période d’entre-deux pour la jeune fille qui change de vie et de milieu social, partagée entre les traditions de sa grand-mère et l’éducation de sa mère adoptive Marguerite avec laquelle elle apprend à lire et à écrire. Avec ses premiers écrits apparaissent ses premières lignes sinueuses de couleurs : la lettre devient alors un motif décoratif. Mais Baya affirme qu’elle a commencé par le modelage de la terre, en Kabylie, là où les femmes pétrissent l’argile. Dès lors elle fait surgir ses propres récits dans des contes retranscrits par sa mère, dans des dessins, des gouaches aux motifs oniriques (femmes, oiseaux et chevaux aux lignes entremêlées, nature métamorphosée), des sculptures aux formes primitives…  

Femmes et cithare, 1966. Gouache sur papier, 100 x150cm. Collection Musée Cantini

Un monde coloré et joyeux, parfois féérique, qui se déploie sous les yeux de Picasso à Vallauris, jaloux de sa force créative, de Jean Dubuffet qui tente sans succès de la conseiller, et de Matisse dont elle dira : « C’est lui que je préfère ». Fin 1951, Baya a 20 ans et la question de son avenir se pose. Finalement elle se construira un destin algérien, épousera le musicien Hadj Mahfoud Mahieddine à Blida où elle vivra jusqu’à la fin de sa vie. Après avoir connu une longue parenthèse créative, elle reprendra la peinture en 1963, privilégiant son monde intérieur en le restituant plastiquement. Le déformant, le transformant selon sa subjectivité et son ressenti. 

Une œuvre universelle

Pour tirer les fils de la vie de Baya, l’exposition se nourrit d’une documentation abondante autant qu’inestimable. Qu’il s’agisse de documents d’époque : photos, enregistrements, articles, revues, objets, bijoux et costumes traditionnels algériens et citations de textes écrits par Baya longtemps considérée comme analphabète ! Ou de créations originales : vidéo autour du musicien Fouad Didi, édition d’un carnet par La Marelle avec Laurence Vilaine en résidence d’écriture. Plus que jamais Baya nous apparaît comme une artiste pionnière dont l’œuvre est désormais libérée des catégories préétablies par l’histoire de l’art européen. S’en est fini d’un soi-disant apparentement avec le surréalisme, l’art naïf ou brut : elle est unique.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

L’exposition s’accompagne d’une monographie publiée par les éditions Images plurielles (Marseille) et Barzakh (Alger). 

Baya. Une héroïne algérienne de l’art moderne
Jusqu’au 24 septembre
Centre de la Vieille Charité, Marseille 
musees.marseille.fr

Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus