dimanche 21 avril 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesLe théâtre amateur fait son festival

Le théâtre amateur fait son festival

Pendant deux mois, quatorze compagnies non professionnelles occupent les plus grandes scènes de la région

Exit les grands noms, place aux amateurs. Jusqu’au 10 juin, le Festival national de théâtre amateur se déplace dans quelques unes des plus belles scènes de la région : La Criée, Les Salins, Théâtre des Bernardines… Une initiative née il y a 24 ans et portée par la Fédération nationale des compagnies de théâtre amateur – et de son combatif président Alain Sisco – qui revendique pas moins de 1700 compagnies et 20 000 licenciés. Cette année, parmi les 72 candidatures recueillies, quatorze compagnies venues de toute la France s’y produisent. Au programme des pièces, des lectures, rencontres et autres répétitions publiques ; pour un événement qui se veut convivial et ouvert à tous les genres.  

Matei Visniec en ouverture

C’est le 1er avril au Théâtre Joliette (Marseille) que le festival s’est ouvert. Pour l’occasion, était jouée une pièce de l’auteur franco-roumain Matei Visniec. Poète en son pays, auteur de pièces de théâtre interdites sous le régime de Ceausescu, il s’est exilé en 1987 en France, deux ans avant la chute du dictateur. Depuis il ne cesse d’écrire, est joué de partout – et surtout en Roumanie. La Cie Théâtrale IL de La Garde (Var) a présenté avec brio Richard III n’aura pas lieu. Cette pièce met en scène le grand metteur en scène russe Meyerhold qui a obtenu l’autorisation de monter la pièce de Shakespeare. Meyerhold veut y dénoncer le régime totalitaire de son pays de façon détournée, mais le régime communiste est à l’affût et au fur et à mesure que se déroulent les répétitions le pouvoir exerce sa censure idéologique. Meyerhold est arrêté. Puis sauvagement exécuté. Cette histoire douloureuse est interprété par dix comédiennes et comédiens qui se partagent le plateau avec talent et énergie. Des trouvailles de mise en scène permettent une certaine légèreté du propos, laissant souvent place à l’humour et même parfois au comique, malgré le côté glaçant de l’anecdote qui n’est pas sans évoquer les tragédies contemporaines qui se déroulent encore de nos jours. Une équipe engagée dans un travail d’amateur dans le sens noble du terme.

Le festival se poursuit ce week-end au théâtre de La Criée. D’abord avec Que la noce commence, de Didier Bezace, par Le Théâtre des 400 coups (Rhône). Une pièce dont l’action se situe également en Roumanie, et dans laquelle une équipe de tournage débarque sur une zone où des phénomènes paranormaux auraient été vus… Le même théâtre accueille le lendemain Edmond – l’immense succès d’Alexis Michalik. Un hommage à l’une des pièces les plus connues au monde, jouée cette fois par la compagnie La Trappe, originaire d’Orsay dans l’Essone. Il faut jeter un œil aussi au Repas des Fauves le 29 avril au Centre culturel Busserine (compagnie Le Théâtre Russa Lux), à la Cendrillon de Joël Pommerat reprise par la compagnie Deux Filles en aiguilles, ou encore au Ce n’est pas parce qu’on est mort qu’on a rien à dire de Patrick Kermann par Le Théâtre de la Spirale. Une belle vitrine pour toutes ces compagnies, maillage essentiel de l’art théâtral en France. 

CHRIS BOURGUE AVEC NICOLAS SANTUCCI 

Festival national de théâtre amateur
Jusqu’au 10 juin
Divers lieux, Marseille
fncta.fr
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES

Les plus lus