mercredi 24 avril 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesLes Hivernales : Danser Partout

Les Hivernales : Danser Partout

L’impératif constitue le mot d’ordre des Hivernales d’Avignon. 19 compagnies pour 27 représentations agrémentent une 46e édition qu’Isabelle Martin-Bridot place sous le signe de la diversité et de la physicalité

Alors que dans Foreshadow, des danseurs-circassiens se confrontent au mur que leur oppose Alexander Vantournhout (23 février), le ballet de l’Opéra d’Avignon se forge à l’Olympiade, élaborée à ses mesures, par Antonio De Rosa et Mattia Russo (24 février).

Maître de la danse-escalade, Antoine Le Menestrel et les grimpeurs de para-escalade de l’association ATHOM, livreront un travail en cours, en vue d’une création labellisée Olympiade Culturelle Paris 2024 (25 février). Rester verticale, est le mot d’ordre pour les six danseuses d’AYTA, pièce signée Youness Aboulakoul produite par les Hivernales (29 février). 

Nouveau partenaire du festival, l’Alpilium de Saint-Remy-de-Provence reçoit Sébastien Ly et Sideral, création pour danseuses, agrès et sons spatialisés (28 février). Outre cet artiste installé dans le Var, les Hivernales convient deux autres compagnies de la région. Chanteur-danseur, Simon Bailly présente Canti une pièce, pour pour quatre interprètes, qui creuse une écriture où la gravure s’inscrit dans les voix et le mouvement (24 février). Implanté à Toulon, Maxime Cozic évoque l’ivresse des corps dans Oxymore, duo, corps à corps, à base d’ivresse durant lequel le hip-hop déborde le contemporain (29 février). 

La fantaisie n’est pas en reste, notamment le 27 février, qui verra se succéder Gigi, solo autobiographique, parlé-dansé par Joachim Maudet, suivi des Grâces, mise en jeu des canons de beauté, par un quatuor conduit par Sylvia Gribaudi.

Par delà les talents émergents ou consacrés : Bintou Dembélé, Yvann Alexandre, Régine Chopinot…, le programme donne à découvrir des artistes mal identifiés sur Avignon, telle la suissesse Rafaëlle Giovanola. A l’honneur sur l’affiche des Hivernales, cette ancienne interprète de William Forsythe, place dans Vis Motrix, les danses de rue à l’épreuve de l’horizontalité (1er mars).

Enfin, des paroles de danseurs : Donnez-moi une minute, désigne les portraits vidéos, réalisés au quatre coins de la planète par Doria Bélanger, qui seront projetés en continu (23 février- 2 mars) au Grenier à sel. 

MICHEL FLANDRIN

Les Hivernales, un des plus anciens festivals de danse contemporaine française, a historiquement porté une attention soutenue aux combats féministes. La programmation présente cette année 13 spectacles d’hommes, dont 3 coproduits, et 6 spectacles de femmes, qui ne sont pas coproduits. Un déséquilibre très étonnant, qu’on espère passager ! A.F.
Hivernales d’Avignon
jusqu’au 2 mars
ARTICLES PROCHES

Les plus lus