mercredi 24 avril 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesSi tous les enfants du monde…

Si tous les enfants du monde…

Après une représentation très réussie aux Salins, Scène Nationale de Martigues, Le Théorème du Pissenlit vient occuper la Criée marseillaise avec une adaptation en langue des signes française qui renforce son caractère inclusif

En mettant en scène Le Théorème du Pissenlit, Olivier Letellier, directeur des Tréteaux de France, se met une nouvelle fois à hauteur d’enfants. Y compris lorsqu’ils sont esclaves et se révoltent. La traduction en direct, interprétée par Vincent Bexiga, et les gilets vibrants disponibles, permettront aussi aux malentendants de profiter du spectacle, simple et efficace dans son message comme dans son traitement.

La pièce de Yann Verburgh fait alterner les scènes chez un enfant français qui se fait offrir un jouet, dont il découvre qu’il est fabriqué par une petite esclave… et l’histoire de cette Li-Na et de son ami Tao :  sans misérabilisme et avec une vraie force poétique elle décrit l’esclavage industriel des enfants, à l’autre bout des chemins des cargos marchands.

Les cinq acteurs, dont un qui lance un diabolo jaune pissenlit dans les airs, se passent les rôles, enchaînent les univers, alternent narration et dialogue avec une aisance et une souplesse souvent drôlatiques, et parfois émouvantes. Le décor, fait de casiers à bouteille combinés comme les mots et les rôles, est lui aussi efficace et anonyme, tels les bleus de travail des comédiens, qui prennent quelques couleurs et s’individualisent durant les scènes en Europe.

Reste que ce spectacle, qui s’adresse directement aux enfants, confiant dans leur capacité de solidarité et dans la force des ouragans et des fleurs, fait le constat d’une incapacité totale des adultes à prendre le relais de leur combat et de leur révolte face au capitalisme globalisé. Le père, drôle, se défile, les marchands sont complices, les journalistes achetés, les politiques démissionnaires, l’instit à peine impliquée, tous incapables de solidarité. Doit-on attendre la révolte des enfants et faire le constat de notre incapacité à les protéger ?

Agnès Freschel

Le Théorème du Pissenlit a été joué le 17 février au Théâtre des Salins à Martigues
À venir
Les 22 et 23 février
La Criée, Marseille
En co-accueil avec le Théâtre Massalia
ARTICLES PROCHES

Les plus lus