lundi 15 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesTHÉÂTRE D'ARLES : Dans l’air du temps

THÉÂTRE D’ARLES : Dans l’air du temps

La programmation du Théâtre d’Arles se nourrit des écritures contemporaines

Cette nouvelle saison du Théâtre d’Arles s’ouvre au Théâtre antique (23 septembre) avec 25 danseurs âgés de 10 à 22 ans, pour trois pièces signées Lucy Guerin, (LA)HORDE et Josette Baïz, un programme fougueux composé en 2022, à l’occasion des trente ans du Groupe Grenade. Danse également avec Maldonne (21 novembre) création 2023 de Leïla Ka, ballet féministe percutant, qui va parcourir de nombreuses scènes de la Région Sud toute cette saison. Autre chorégraphie 2023, Canti (30 janvier) de l’arlésien Simon Bailly, où danseurs, chanteurs et instrumentistes forment ensemble un chœur qui se fait et se défait.  

Loup, y-es-tu ?

Une déambulation d’une heure au grand air (Alyscamps – 13 octobre), à la tombée de la nuit, ponctuée de tableaux vivants, c’est la création 2023 du Collectif ildi ! eldi. Inspirée du livre Le Musée des contradictions d’Antoine Wauters (Goncourt de la nouvelle 2022), on y entend par exemple, un jeune homme, marginal et révolté, qui rêvait de voir la mer avec ses potes et en a été empêché par les autorités, ou une femme qui avec d’autres mères, s’est retirée dans les bois pour élever ses enfants loin du monde et se reconnecter au vivant… Pister les créatures fabuleuses (17 octobre) c’est Pauline Ringeade qui met en scène pour le jeune public (à partir de 8 ans) une conférence du philosophe et pisteur Baptiste Morizot : forêt, paysage sonore, traces d’animaux et récits fantastiques. Mais n’y aurait-il pas aussi un loup dans l’IA ? dSimon est le nom du spectacle et d’un robot crée par l’artiste Simon Senn et la programmatrice informatique Tammara Leites. Il ressemble un peu à Simon Senn et est désormais capable de parler avec le public et de répondre aux questions. Une exploration technologique (9 et 10 novembre) qui soulève des idées complexes, absurdes et philosophiques.

Musique, bêtes de foire et bourreaux

François Gremaud, après les succès de ses (fausses) conférences Phèdre ! et Giselle… s’est attaché en 2023 à une autre grande figure féminine tragique : Carmen. C’est Rosemary Standley, la chanteuse de Moriarty, accompagnée par cinq musiciennes qui évoque, à la façon Gremaud (érudite, délicieuse et un poil déjantée), cette autre grande figure féminine tragique. Décrite par Le Monde comme la pianiste « la plus singulière de sa génération » Vanessa Wagner sera en récital (25 janvier) avec ses ré-interprétations de Philip Glass, Moondog, Harold Budd… issus de son dernier album Mirrored (2022). Place de la Croisière, sous chapiteau, Les Bêtes de foire joueront leur création 2023, Décrochez-moi-ça (7 au 10 décembre), poésie circassienne où se tutoient maladresses et prouesses, extraordinaire et petits riens. Enfin, avec Palmyre, les bourreaux (25 novembre) Ramzi Choukair signe le dernier volet d’une trilogie théâtrale glaçante basée sur les témoignages d’anciens prisonniers du régime syrien, et interroge les notions de pardon et de justice à travers des récits portés par des survivants et des comédiens professionnels. 

MARC VOIRY

Théâtre d’Arles
04 90 52 51 51 
theatre-arles.com
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus