jeudi 13 juin 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsÀ Art-o-rama, l’art contemporain tient salon

À Art-o-rama, l’art contemporain tient salon

Du 31 août au 3 septembre à Marseille, le grand rendez-vous de l’art contemporain s’installe une nouvelle fois à la Friche la Belle de Mai

La dix-septième édition d’Art-o-rama prend ses quartiers sur près de 4000 m2 de lieux d’exposition dédiés : le temps fort produit par l’association résidente Fræme devient peu à peu une étape incontournable sur le parcours des galeristes et des acheteurs d’art, mais aussi des amateurs d’art contemporain. Un salon qui demeure original, dans sa façon d’allier l’intérêt privé – le marché de l’art demeure un haut lieu de spéculation – et un esprit associatif, de service public, en accord avec son financement par les collectivités.

Les quatre journées sur lesquelles se déploie son programme s’annoncent titanesques : 60 exposants, dont 41 galeries, 17 éditeurs d’art et de design et deux project-spaces venus de tous les coins du globe. L’accès demeure libre et gratuit pour cet événement qui se pense non pas comme une brochette de stands foire, mais comme un véritable temps et lieu d’exposition. Temps qui favorise non pas les institutions les plus installées, mais les acteurs et actrices les plus prometteurs du secteur : les galeries londoniennes Nicoletti et Public Gallery ou encore les barcelonaises Bombon et ADN Galeria.

Une boussole pour la région

Les exposants affluent en effet de tous bords, et tout particulièrement du continent américain : on compte parmi les galeries invitées les Bibeau Krueger et Someday de New York, la Good Weather de Chicago, la Galería Mascota de Mexico, la Grant Wahlquist de Portland, la Parc Offiste, Eli Kerr de Montréal. D’autres nous arriveront de contrées européennes plus éloignées : l’Import Eexport de Varsovie, l’Artbeat de Tblisi ou encore l’Eins de Limassol…

Mais ce qui distingue encore aujourd’hui Art-o-rama de la plupart des salons d’art contemporain internationaux demeure sa volonté de donner la parole à de jeunes artistes plus que prometteurs, et comptant tout particulièrement dans la vie locale. L’édition de cette année mettra ainsi en avant l’artiste HaYoung, lauréat·e du prestigieux Prix Région Sud 2022, qui sera présente du jeudi 31 août au dimanche 3 septembre pour dédicacer son ouvrage au stand spécialement dédié dans la Cartonnerie. L’artiste coréen·ne née en 1993 en Corée du Sud y présentera son travail axé sur les manifestations numériques et l’effrangement des frontières discursives et figuratives.

Un programme à la croisée des angles

Le salon démarre ainsi le 31 août avec une présentation spéciale du travail réalisé au Cirva par Mathilde Rosier, installé sur la façade du Centre de Conservation et de Ressources du Mucem, de 14h30 à 16 h. 

Il se poursuit avec une discussion menée par les collectionneurs collectionneuse Iordanis Kerenidis, Piergiorgio Pepe et Josée Gensollen autour de l’Ethique du collectionneur de 16h30 à 18 h. À 19 h, l’artiste marseillaise Anne-Lise Coste proposera une performance. Avant que sept portraits filmés d’artistes ne soient projetés à 20 h, en partenariat avec le Réseau documents d’artistes : on y retrouvera le collectif Les Ateliers, Radmila Dapic Jovandic, Clovis Deschamps-Prince, Olivier Millagou, Jurgen Nefzger, Emmanuelle Rosse et Emmanuel Simon.

Le 1er septembre accueillera dès 14 h  YourArt autour du thème « L’IA, source de création et d’inspiration ? » en compagnie de Stéphane Lévy, Hugo du Plessix et David Fathi. À 16 h, une sélection de film Fluxus sera projetée. Elle sera suivie à 17h30 d’une discussion autour des « différentes économies de création, de production, de diffusion et de conservation du cinéma expérimental face à celles des films d’artistes », rencontre modérée par Pip Chodorov et accueillant pour intervenant·e·s Josée Gensollen, Pascale Cassagnau et Ben Russel

Les rencontres du 2 septembre se concentreront autour du travail de Jean-Baptiste Perret à 14h30, puis de rencontres proposée par la revue Figure Figure autour d’artistes français et britanniques. Et celles du 3 septembre autour du collectif marseillais Labo L’Argent à 14h30, avant que Lou Villapadierna et André Fortino ne concluent la journée sur leur performance intitulée Les enfants ont les dents diagonales

La poétesse Cécile Mainardi et l’artiste franco-vietnamien Truc-Anh signeront également leurs ouvrages respectivement à 15 h et 16 h. 

SUZANNE CANESSA

Art-o-rama
Du 31 août au 3 septembre
Friche la Belle de Mai, Marseille
art-o-rama.fr
Suzanne Canessa
Suzanne Canessa
Docteure en littérature comparée, passionnée de langues, Suzanne a consacré sa thèse de doctorat à Jean-Sébastien Bach. Elle enseigne le français, la littérature et l’histoire de l’Opéra à l’Institute for American Universities et à Sciences Po Aix. Collaboratrice régulière du journal Zébuline, elle publie dans les rubriques Musiques, Livres, Cinéma, Spectacle vivant et Arts Visuels.
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus