jeudi 13 juin 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesOn y étaitAvec David Lafore et Jeanne Béziers, la magie du théâtre

Avec David Lafore et Jeanne Béziers, la magie du théâtre

Construire un spectacle en trois jours. C’est le défi fou, et réussi, que les deux artistes se sont lancés sur le plateau de l’Ouvre-Boîte à Aix-en-Provence

On le savait il y aurait des trucs. En trois jours, construire un spectacle, c’est un pari un peu fou, mais après tout il y a des précédents célèbres, L’impromptu de Versailles de Molière entre autres. Bref, de cette croissance forcée, on se demandait qu’attendre. La curiosité, l’amitié, la connaissance des deux interprètes en présence, Jeanne Béziers et David Lafore, que l’amour des mots et de la scène rapproche, avaient remplie comme un œuf la petite salle de l’Ouvre-Boîte, lieu où l’art se décloisonne avec constance.

Espiègles play-back

La brièveté du temps de création ne nuisait pas à la performance des deux artistes qui jouaient de leur rencontre, de leur envie de créer quelque chose ensemble. Le jeu du « comme si » met le théâtre en abyme : la conscience de l’artifice se partage avec un public complice. On jongle avec le quatrième mur, tantôt en l’occultant tantôt en lui laissant reprendre sa place. Les codes qui structurent l’espace scénique sont pris à revers, la répétition devient objet exacerbé, élément comique « en boucle » ; les chansons de David Lafore viennent tisser une trame qui oscille entre tableautin anecdotique voire cocasse (« est-ce que tu veux être fort comme moi ? » ou l’inénarrable « Ta petite culotte » qui tourne dans la machine à laver mimée par David Lafore) et mouvement lyrique et grave (« je me suis jeté dans l’eau / dans l’eau si limpide et glacée / […] derrière moi je n’ai plus d’ombre »). À cette dernière chanson fait écho un fragment d’un ancien spectacle de Jeanne Béziers, le très beau monologue d’Ophélie. Les mimiques, les déplacements, les rythmes esquissés par la marche et des pas de claquettes, l’écoute distraite derrière un livre, suffisent à accorder une nouvelle profondeur au duo et faire passer le concert dans une esthétique théâtrale. Les voix s’échangent en espiègles play-back qui démultiplient les protagonistes, et nous interrogent sur l’adéquation entre les timbres, les hauteurs, les corps et leurs propos. Une pépite !

MARYVONNE COLOMBANI

À lire aussi notre entretien avec Jeanne Béziers et David Lafore

Jeanne Béziers et David Lafore font des trucs sur scène a été joué les 3 et 4 mars à L’Ouvre-Boîte, Aix-en-Provence.
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus