mardi 7 février 2023
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesCartographies de l’espoir

Cartographies de l’espoir

Songs of Hope chante la foi en la musique sous toutes ses formes

On les a entendues – et adorées ! – sur différentes pages dix-neuvièmistes et contemporaines au festival Nouveaux Horizons. Et on comprend, à l’écoute de Songs of Hope, quelle complicité unit la soprano Marie-Laure Garnier et la pianiste Célia Oneto-Bensaïd depuis l’enregistrement de cet opus l’année dernière, et sa parution au printemps dernier. Parfaitement raccord, dans leurs intentions comme dans leurs inflexions musicales, les deux jeunes femmes déploient gracieusement les possibles de leurs instruments sur des pages radicalement différentes dans leurs esthétiques. Des parentés jamais envisagées auparavant apparaissent ainsi à l’oreille nue : le lyrisme éclatant, teinté de mélancolie, de spirituals s’adosse notamment sans peine à celui d’Olivier Messiaen. Action de grâce succède ainsi au Walk Together Children de Moses Hogan avec une fluidité étonnante : c’est le même timbre solaire, la même incandescence que la voix protéiforme de Marie-Laure Garnier sait apposer à toutes les mélodies. 

Tout en magasin
Le grain évoque le lirico spinto des grandes sopranes verdiennes, la ligne inimitable le phrasé des cantatrices de jazz ; sur la mélodie française moderne convoquée par Poulenc et Messiaen, elle se fait narrative et poétique tout à la fois. La Main dominée par le cœur de Poulenc unit le son cristallin du piano, qui tintinnabule ses accords et vocalise tout à la fois, à la voix enjouée scandant la primauté du sentiment sur l’affect, de la passion sur la raison. Priez pour paix laisse à Célia Oneto-Bensaïd l’occasion de transcender un cantus firmus d’une simplicité rare, mais interprété tout simplement à la perfection. La douleur, la sensibilité mais aussi la délicatesse se fraient un chemin dans cette cartographie jamais balisée de l’espoir sous toutes ses formes. C’est encore Hogan qui bouleverse sur Sometimes I feel like a motherless child, interprété avec la simplicité de celles qui savent qu’elles ont déjà tout en magasin. Quelques mélopées swing de Harry Thacker Burley plus tard, c’est sur un tour à tour apaisé et tempétueux Wade in the Water de Mark Hayes que l’opus se conclut. Sur un ton résolument blues, faisant de l’espoir une arme non pas de résignation, mais bien de combat.

SUZANNE CANESSA

Songs of Hope, Marie-Laure Garnier et Célia Oneto-Bensaïd
No Mad Music
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus