jeudi 30 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesEn rayonCompositrices : quand l'histoire faisait la sourde oreille

Compositrices : quand l’histoire faisait la sourde oreille

Dans un ouvrage riche et documenté, Guillaume Kosmicki retrace une histoire souvent oubliée, ou cachée, de la musique : celle de ses compositrices

Le musicologue et enseignant-conférencier, spécialiste du phénomène techno à travers les raves et les free parties et des musiques savantes, Guillaume Kosmicki, prend le parti, dans son imposant ouvrage Compositrices, l’histoire oubliée de la musique, d’arpenter le vaste panorama de la composition musicale. Il suit le découpage « classique », en huit sections « habituellement utilisées dans l’histoire de la musique savante occidentale : Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, siècle des absolutismes (musique baroque), siècle des Lumières (musique “classique”), XIXe siècle (musique “romantique” puis “post-romantique”), périodes moderne et contemporaine. » 

Une histoire de la condition féminine
L’ossature posée, l’auteur découpe chacune de ces parties en un rappel sommaire des dates importantes qui permettent de situer la période présentée. Puis esquisse avec clarté et précision les grandes lignes qui ont déterminé l’évolution des pratiques musicales et de la composition en les articulant dans leur contexte politique, social et économique. Un florilège de destins de compositrices suit ces contextualisations. À travers ces portraits de femmes se dessine une ébauche de l’histoire de la condition féminine. Se lit un constat qui nous montre combien les diktats sociaux, religieux, politiques, qui relèguent aux tâches domestiques, privent d’éducation, limitent les déplacements, placent sous tutelle perpétuelle, ont jugulé les formes d’expression de ce que Simone de Beauvoir nomma le « deuxième sexe ». 

Interdiction du chant, puis de la polyphonie ou des ornements, jugés « trop sensuels » aux débuts du Moyen Âge, des opéras ou de pièces trop importantes plus tard, partitions perdues, œuvres délibérément « oubliées »… La liste des facteurs qui ont occulté non seulement les ouvrages mais les capacités des compositrices est tristement longue. Au fil des siècles, de plus en plus de noms cependant émergent, trop souvent inconnus, depuis Sappho de Mytilène (v.630-v.560 av. J.-C.) à Clara Iannotta (née en 1983). L’histoire de la musique s’écrit non du point de vue, mais par le biais de l’évocation des compositrices. 

Et maintenant ?
Le récit en est limpide et passionnant. Un ultime chapitre dresse un état des lieux aujourd’hui, souligne que si grâce à « #metoo, la parole se libère », « rien ne change » malgré tout, « la réalité froide des chiffres » égrenée brosse un implacable portrait de notre monde contemporain. Une seule femme, Debora Waldman, dirige un orchestre national sur quatorze en France et « pour la saison 2018-2019, 3% des œuvres jouées ont été écrites par des compositrices ». Une anthologie foisonnante, intelligente et documentée qui peut être considérée comme un ouvrage de référence en la matière.

MARYVONNE COLOMBANI

Compositrices, l’histoire oubliée de la musique, de Guillaume Kosmicki
Le Mot et le Reste - 29 €
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus