vendredi 24 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéPolitique culturelleTournées Mosaïques : Dans la proximité chaleureuse des formes

Tournées Mosaïques : Dans la proximité chaleureuse des formes

La Région Sud organise chaque année deux tournées de compagnies régionales. Celle d’été, en plein air et gratuite, s’offre à tous

Zébuline aime à le répéter, parce que très souvent les spectacles et concerts programmés dans nos grands festivals et sur nos scènes font peu de place aux compagnies qui travaillent ici : nos artistes ont du talent ! Le Département 13 avec ses Capitales Provençales, La Ville de Marseille avec son Été Marseillais, la Région Sud avec ses Tournées Mosaïques organisées par sa régie Arsud, toutes les collectivités semblent reconnaître la même nécessité, et identifier le même manque : il n’est pas de programmation artistique possible qui ne soit qu’importée et transitoire, et même si nous avons grand besoin d’ouverture sur le monde, seul un tissu local solide peut construire une vie culturelle partagée.

Car ce n’est pas un hasard si ces manifestations se déroulent en espace public, avec pour principe la gratuité. Être attentif aux artistes locaux et à l’élargissement du public tient de la même démarche, qui veut inscrire l’art dans le quotidien, au plus proche, loin des cérémonies exceptionnelles. Dont les arts du spectacle ont aussi besoin, comme de circulation nationale et internationale, mais qui relèvent moins directement de la commande publique.

La tournée Mosaïque estivale 2023 se déroule depuis le 7 juillet et jusqu’au 16 août, avec douze programmes différents sur quinze dates… parfois un spectacle en soirée, parfois une escale où plusieurs compagnies se succèdent autour d’une thématique. La première, le 12 juillet était consacrée au cirque à Bargemon (83), la deuxième escale se déploiera dans trois lieux… et sera hip-hop !

Des escales…  

À La Londe-les-Maures (83) le 21 juillet, au musée Fernand-Léger de Biot (06) le 26, sur l’Esplanade du J4 de Marseille le 28, ce sont trois compagnies qui se succèderont, interrogeant la capacité de la danse hip-hop à passer de la rue à la scène, puis à y revenir. Ainsi Adel El Shafey (Cie Le Scribe) danse son solo sur les sons de Bruce Lee, comme un art martial qui ne combat pas, un cinéma intérieur. Asmanti de la Cie Hylel est un quintet, écrit par Marina Gomes, créé à Hip Hop Non Stop en 2021, joué depuis au Festival de Marseille et à Avignon. De Midi à minuit la rue, terrain de jeu et de désœuvrement, se transforme en terrain d’affrontement et de révolte.

Prélude, de la Cie Accrorap, complète ce programme. Kadder Attou est un des chorégraphes qui a fait entrer la danse hip-hop dans les théâtres et sur les scènes dès la fin des années 1980. Sur un texte de Camus qui déclare que les artistes ne méprisent rien et s’inspirent de tout, il propose une synthèse magistrale des possibilités scénographiques des scènes, des écritures chorégraphiques de groupe, de l’inventivité gestuelle et de la force politique du hip-hop. Avec des danseurs de la région, dont deux femmes.

Du cirque

La Sociale K reprend In Bilico, En Equilibre, où trois fil-de-féristes danseurs parcourent un agrès tendu qui tourne doucement, traçant des diagonales qui montent, sur électro live fortement agrémentée de batterie. Le 18 juillet à Saint Cannat (13).

Le 10 août à Manosque (04) c’est le duo burlesque Entrechocs qui jouera de la contrebasse, et de toute une variation de cycles, mono et tri, de toutes tailles. Pince sans rire, et hilarant !

Clown encore, au nez rouge, mais à la tonalité plus mélancolique. Paulo Perelsztein jongle avec des chapeaux et des copeaux de bois, des balles, des valises qui semblent provenir d’un voyage ancien, tout comme les musique qu’il traverse. Il s’arrêtera le 16 août dans la cour de l’école de Guillestre (05)

Et toutes les musiques

La mosaïque régionale est aussi très largement musicale et nombreux sont les groupes qui offrent des univers très variés. Ainsi le 1er août à Saint-Vallier-de-Thiey (06) les Ciotadens Chichi et Banane feront un duo de pêche, très local, provençal, pour des chansons parlées accompagnées au banjo, avec de délicieuses trouvailles de langue d’ici.

Le 4 août à Courthezon (84) et le 6 août à Tourrettes-sur-Loup (06), c’est le Trio Joulik qui va enchanter les oreilles. Leurs chants profonds, comme immémoriaux, viennent de toutes les traditions populaires, accompagnés par les basses continues ou les accords d’accordéon, les percussions. Tout sonne, douloureux souvent, orné de mélismes et d’émotion.

Leï, ce sont deux femmes, chanteuses, qui cherchent leurs Amarres. À Oppède le Vieux, le 5, leurs chants traditionnels, polyphoniques, planeront ensemble très haut. Avec la délicatesse cristalline qui les caractérise, accompagnée doucement par une contrebasse et des percussions.  

Quant à Bongi, désormais marseillaise, son afrobeat en Xhosa, venu directement du Cap, est capable vous faire danser et vibrer toute la nuit. À Laragne (05) le 15 août.

Théâtre musical

 L’Ensemble Télémaque ne se prend pas au sérieux. Jouant des musiques dites savantes, et contemporaines, il sait aussi les mettre à portée de tous, depuis près de trente ans, en croisant son répertoire avec les arts de la scène. Son Histoire de la Musique moderne en 88 minutes repose sur une fable toute simple : comment un professeur un peu fou et une diva complètement dingue font le tour du monde musical pour décider qui, de Sibelius, Kurt Weil, De Falla, Stravinsky ou Gershwin est le plus grand compositeur du XXe siècle. Comédien, chanteuse, chef et musiciens s’en donnent à chœur joie, et on écoute des musiques sublimes, magnifiquement interprétées par l’ensemble. À Vaison-la-Romaine le 9 août.

 AGNÈS FRESCHEL

Tournée Mosaïque
Jusqu’au 16 août
Divers lieux, Région Sud
tourneemosaique-regionsud.com
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus