mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsDes cartes et des paysages

Des cartes et des paysages

Depuis le 13 avril, Fotokino accueille deux expositions dans son Studio : Petite nature de Camille Meyer et Toute latitude de Guillaume Monsaingeon et David Poulard

Les petits morceaux de paysages peints à l’acrylique et à l’encre de Camille Meyer sont disposés sur le mur de gauche, à l’entrée de Fotokino. Petits rectangles de papier aux bords délicatement déchirés, présentés en ensembles de 2, 3, 4, 5, 6,7 sous le titre Petite nature. On lit dans « le Fotokino illustré », brochure disponible gratuitement sur place, que l’illustratrice, diplômée de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en 2020, souhaite rendre compte, à travers ces peintures, de ses multiples balades, trois années durant, entre campagne, forêt et littoral. Des images peintes sur le motif, prises sur le vif, des instantanés picturaux. Tout à la fois extraits de paysages et de temps, en taches de couleurs profondes, se diffusant dans le grain du papier, naviguant entre figuration et abstraction. Restituant la sensation, malgré les petits formats, d’une immersion totale dans le paysage.

La cartographie par les sens

Une autre immersion dans la salle d’exposition : au sein des cartes géographiques. Une multitude de cartes, de toutes sortes, multiples formats, différentes époques, accrochées aux murs dans tous les sens, disposées au centre de la salle sur des tables ou en accordéon sur des plateaux suspendus, pliées, dépliées. Un foisonnement présenté sous le titre Toute latitude, sous-titré : « La cartographie, c’est du graphisme ». Qui invite donc à regarder la cartographie autrement, en délaissant sa fonction utilitaire, pour se laisser porter par l’esthétique. Qui n’a jamais accroché une carte géographique pour décorer son intérieur domestique ? À la manœuvre, Guillaume Monsaingeon, chercheur, fondateur de l’Oucarpo (ouvroir de cartographie potentielle), version oulipienne de la cartographie, et commissaire d’exposition, notamment de « Mappamundi » à l’Hôtel des Arts de Toulon en 2013, « Le temps de l’île » au Mucem en 2019, « Des marches, démarches » au Frac Paca en 2020. Accompagné pour cette exposition à Fotokino de David Poulard, designer graphique, professeur d’édition imprimée à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence.

Dans quel état j’erre ?

Profusion de cartes géographiques (c’est la collection personnelle de Guillaume Monsaingeon) mais l’ensemble est néanmoins rigoureusement organisé. En 5 sections : en entrant dans la salle d’exposition, sur le mur de gauche, « Haut en couleurs » (mise en valeur des couleurs des cartes, et des affects qu’elles suscitent). Sur le mur de droite « Des lignes peu alignées » (des lignes de différentes cartes mises en prolongement les unes des autres). Sur le mur du fond à gauche Lettres-images (les multiples façons de « mise en carte » des mots). Et au centre, sur des tables ou des plateaux suspendus, Centres, cercles et autres nombrils (cartes choisissant le centre et le cercle pour représenter les espaces géographiques), et Plis et replis (astuces pour faire tenir des objets géographiques dans des formats contraints, telles des cartes de fleuves, présentées ici en accordéon). Posés sur des tables, de grands albums et des livrets sont mis à disposition, en consultation. 

« La France par la croix de Lorraine »

On s’étonne et on s’amuse des fantaisies graphiques logées dans ces cartes, révélant pour certaines, ayant fait leur temps, des visions politiques de territoires géographiques à la fois consternantes et amusantes : ainsi, dans la section « Lettres-Images », un bout de carte repliée, montrant un bout du littoral de la Côte d’Azur, avec une flèche indiquant « la Corse est à gauche, sous la légende ». Ou encore, une carte de la Corse, au littoral détaillé, mais dont « l’arrière-pays » est barré d’un « Sans informations ». Dans la même section, une carte du Sud-Ouest de la France, « Tracé rapide » de la marque « Tableau-Noir (déposé) », lignes et mots blanc sur fond noir, indiquant par un schéma discret en bas de carte le « canevas général de la France », démontrant que le dessin de la croix de Lorraine structure spatialement l’hexagone. Dans « Centres, cercles et autres nombrils », une carte de l’Europe se propose de montrer comment, à travers de jolies ondes de couleurs, les « civilisations anglaise, française, italienne, germanique, ibérique, hollandaise, musulmane » sont présentes dans les différents pays du continent. Cartes muettes ou fourmillantes d’une profusion de détails, couleurs pétantes ou discrètes, ternes ou lumineuses, cartes démographiques, géologiques, de la direction et de la force des vents, de lieux de pêche du germon au mois de juin, carte du front et de ses environs, etc… , il y a Toute latitude pour aller regarder-arpenter leurs tours et leurs détours jusqu’au 25 mai. 

MARC VOIRY

Petite nature de Camille Meyer 
Toute latitude de Guillaume Monsaingeon et David Poulard
Jusqu’au 25 mai
Fotokino, Marseille
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus