vendredi 12 avril 2024
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéPolitique culturelleDIASPORIK : Valoriser la culture mandingue

DIASPORIK : Valoriser la culture mandingue

Pour Diasporik, Issiaka Kouyaté, directeur artistique du festival la Nuit des Griots, revient sur son histoire et sa filiation avec les griots

Les répertoires africains constituent un héritage précieux pour Marseille mais comment révèlent-ils les opportunités artistiques de demain ? Le festival La nuit des griots explore les apports de l’empire du Mali. « Eu égard à la place qu’occupaient les jeli (griots) à la cour malienne, et étant donné que cette fonction sociale existe toujours, les traditions orales occupent une grande place dans les études du Mali ancien »précise Issiaka Kouyaté. «  Après la période coloniale, la caste des griots est peu à peu devenue une caste de musiciens professionnels utilisant des instruments tels que la kora, le balafon, le tama et le djembé pour accompagner leurs histoires. »

Né à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso dans une grande famille de Griots, Issiaka  a été initié aux arts griotiques et  formé à la percussion (doum-doum et djembé). Il intègre le mythique groupe du Centre Djeliya ‘’Djeliya Junior’’ avec lequel il fait plusieurs années de tournée en Afrique puis en Europe.

Installé à Marseille, il fait parvenir jusqu’à nous la voix des griots, pour diffuser la culture séculaire Mandingue et le festival, qu’il a créé en 2016 avec son ami Victor Da, permet de diffuser son aura auprès du grand public. « Les récits et poèmes chantés célèbrent la sagesse et les exploits des « Hommes bien guidés ». En Afrique, musique, chant et danse participent de l’éducation à la sagesse et la droiture ».

L’édition 2024 

Marseille offre un écrin qui favorise la programmation artistique et, au-delà, l’enseignement et les résidences des artistes représentant ces esthétiques. C’est d’ailleurs à la Cité de la musique, au sein du Pôle des Musiques du Monde dirigé par Manu Théron, que l’on peut découvrir la sélection d’artistes du festival La Nuit des Griots, dont on pourra découvrir les créations : Ballaké Sissoko, Teriba, Zar Electik, Salif Diarra, Jo Keita & Aurélia Perez, Ardjouma Diabate & Yiriban ! L’affiche est belle, et s’inscrit entre les contes de François Moïse Bamba à l’Eolienne et projection-débat du film Le sermon des prophètes, long-métrage de Seydou Boundaone. C’est un véritable festival pluridisciplinaire qui nous attend. 

En France, en Europe, les diasporas africaines sont à l’origine d’un renouveau afropéen, tel que l’a pu être Harlem renaissance, dans l’Entre-deux-guerres… Le biais hégémonique et libéral n’a pas eu la peau   de cultures qui ont su se renouveler et s’adapter aux environnements les plus hostiles. 

L’oralité et ses modes de transmission perpétuent l’esprit et portent le souffle des paroles griotes jusqu’à nous. Profitons-en ! 

SAMIA CHABANI

La nuit des Griots
Du 8 au 13 avril 
Divers lieux, Marseille

Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus