mardi 7 février 2023
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéPolitique culturelleÉmilie Peluchon : « J’ai envie que le projet de La Maison danse...

Émilie Peluchon : « J’ai envie que le projet de La Maison danse toute l’année sur le territoire »

Après avoir dirigé Danse dense, une structure dédiée à l’accompagnement des chorégraphes émergents basée à Pantin, Émilie Peluchon arrive à la tête du centre de développement chorégraphique national (CDCN) La Maison à Uzès, où elle prend la suite de Liliane Schaus, sa directrice pendant seize ans. Et ce avec le désir de mettre sa connaissance des différentes facettes de l’art chorégraphique au service d’un projet ancré dans le territoire du Gard

Zébuline. Vous venez de prendre la tête de La Maison – CDCN, comment s’est passé le passage de relais avec Liliane Schaus, votre prédécesseure ? 

Émilie Peluchon. Avec Liliane, on partage les mêmes valeurs, cela a été très facile de se comprendre. J’avais senti dès le début qu’il y avait une vraie considération pour l’autre, pour l’humain. J’ai été nommée le 31 mars dernier, pour une prise de fonction officielle le 2 novembre, soit un temps assez long entre l’annonce et mon arrivée. Ce qui était très judicieux de la part de Liliane, puisque j’ai pu être associée au recrutement de membres de l’équipe et venir assister au festival [Uzès danse, ndlr] en juin dernier.

Quelles étaient vos affinités avec le projet artistique du CDCN d’Uzès quand vous avez postulé ?

Cela m’a semblé comme une évidence. Je m’identifiais très fort au travail mené par ce réseau avec les valeurs portées par Liliane au sein de La Maison depuis seize ans. Je suis attachée au fait qu’il s’agisse d’un projet de territoire, mais aussi un projet itinérant et mobile, que l’on soit amenés à aller vers les autres. C’est aussi un réseau de développement chorégraphique national avec lequel je travaille depuis plusieurs années, un label qui m’a toujours parlé parce qu’il y a la volonté d’être au service de la communauté chorégraphique, d’accompagner les artistes dans une mission de mise en relation avec toutes et tous. Ce qui porte mon parcours professionnel et mes valeurs personnelles depuis le début.

Vous avez un parcours professionnel très riche, à la tête de la structure Danse dense, mais aussi au sein du réseau Escale danse dans le Val d’Oise. Que peut apporter votre expérience au projet de La Maison ?

J’ai une vision assez large de la communauté chorégraphique de par ces différentes expériences, qui prend en compte le parcours de l’artiste, du chorégraphe qui commence à celui qui est très identifié. Tout en ayant, quel que soit le projet et l’esthétique, une attention à ce que les œuvres présentées soient contemporaines, c’est-à-dire qu’elles portent un propos au plateau lié à un contexte politique, social, intime ou collectif. Danse dense était un projet itinérant et j’aime beaucoup l’idée de pouvoir se fédérer avec d’autres théâtres, d’autres villes, d’autres partenaires pour mieux accompagner les artistes et permettre plus de diffusion, plus de rencontres avec les publics.


Un nouveau nom pour La Maison
C’est officiel, le CDCN La Maison Uzès Gard Occitanie change de nom. « Nous venons de décider de l’appeler désormais La Maison danse Uzès Gard Occitanie », annonce sa nouvelle directrice Émilie Peluchon. Une façon d’associer à nouveau le lieu à son festival emblématique, Uzès danse. En 1996, le « Festival de la nouvelle danse » est créé à Uzès par Didier Michel, avec le soutien de la chorégraphe Maguy Marin. L’association Uzès danse devient un centre de développement chorégraphique (CDC) en 2000, labellisé en 2010. Liliane Schaus en prend la tête en 2006 et met en place une collaboration au long cours avec des artistes. En 2017, les CDC reçoivent le label national de CDCN (centres de développement chorégraphique nationaux) : le CDC Uzès danse devient La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie. Le studio mobile est inauguré en 2017, permettant de mettre à disposition des artistes un studio permanent de résidence, un dispositif entièrement modulable selon les besoins et l’espace nécessaire, faute d’avoir des locaux de taille suffisante. Aujourd’hui, La Maison danse d’Uzès fait partie du réseau des treize CDCN dont la mission est de produire et de diffuser des spectacles de danse contemporaine. La prochaine édition du festival Uzès danse se déroulera du 7 au 11 juin 2023, un festival dédié à la jeunesse et à la famille est en préparation pour l’automne 2023.  A.R.

E.Peluchon © Jacques Roux

Notamment grâce au studio mobile ? 

Le studio mobile est un des outils à notre disposition. Ainsi, on peut s’installer soit chez des partenaires qui ont déjà un théâtre, soit au sein du studio mobile qui permet d’équiper des salles qui ne sont pas dédiées à l’accueil de spectacle vivant, soit en espace naturel.

La résidence de création de Danya Hammoud en tant qu’artiste associée se termine en fin d’année. Quelle est votre vision de la résidence d’artiste ?

Dans le cahier des charges des centres de développement chorégraphiques nationaux, il y a la nécessité de travailler avec une ou un artiste associé, ce que je trouve vraiment génial. C’est une manière de penser le projet artistique et culturel de La Maison avec l’artiste pendant trois ans. La résidence de Danya Hammoud se terminant fin 2022, j’arrive avec une nouvelle artiste associée, Marion Carriau. J’ai déjà travaillé avec elle et son projet artistique correspond au mien pour La Maison : une relation à la jeunesse avec une création pour le jeune public, des pièces pensées pour l’espace scénique en salle et l’espace naturel, ainsi qu’une volonté de transmission et de création avec des habitantes et les habitants. Dans nos missions, nous avons aussi la volonté d’accueillir de la création en résidence tout au long de la saison, ce qui va nous permettre une permanence artistique sur le territoire. J’ai très envie que le territoire du Gard, qui est tellement riche en paysages, soit aussi un terrain d’expérimentation et de jeu pour les artistes chorégraphiques, en accueillant chaque année au moins une résidence pensée pour l’espace végétal.

Que pouvez-vous nous dire sur la programmation à venir ?

J’ai envie que le projet de La Maison danse toute l’année sur le territoire. Que ce soit par la présence des artistes en résidence sur le territoire, par le travail d’accueil avec les partenaires pendant la saison, mais aussi par le biais du festival Uzès danse, qui est emblématique. Que ce dernier soit comme un point d’orgue en juin. Avec une danse qui va partout dans la ville et une diversité d’écritures et d’esthétiques. J’initie aussi un festival pour la jeunesse et la famille dès l’automne 2023. 

On est dans le plaisir de l’expérience de spectateur, mais aussi le plaisir de la danse pour soi. J’imagine tout à fait que dans le festival dédié à la jeunesse et à famille, on organise des goûter-bal, tout comme il y aura un bal organisé le samedi soir pendant le festival en juin prochain. L’énergie portée par les artistes en plateau nous charge, c’est une expérience de spectateur plurielle, c’est important de pouvoir le vivre de manière collective.

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR ALICE ROLLAND

La Maison danse 
CDCN Uzès Gard Occitanie 
lamaison-cdcn.fr
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus