mardi 25 juin 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesÉté et intimité

Été et intimité

Les mairies de secteur sont à l’initiative de nombreuses propositions de proximité. Dans le 1/7, au centre ville, ce sont 36 spectacles gratuits qui s’installent dans des squares. Rencontre avec Renaud-Marie Leblanc, directeur artistique de cet Avant le Soir

Zébuline. Voilà désormais trois ans qu’Avant le soir propose une programmation estivale à part dans le paysage marseillais. Comment vous est venue l’idée de ces rendez-vous en plein air ?

Renaud-Marie Leblanc. J’ai répondu en 2021 à la proposition de la Mairie des 1er et 7e arrondissements de Marseille, qui faisait suite aux confinements et couvre-feux successifs. Le monde de la culture et du spectacle vivant en était ressorti particulièrement affaibli, et nous cherchions des solutions pour proposer des spectacles accessibles répondant aux normes en termes de jauge. Nous voulions également travailler en « circuit court » : c’est-à-dire avec les artistes de la ville, qui sont nombreux, et avec des jeunes tout juste diplômés de leur école de théâtre. Les parcs se sont révélés des lieux idéaux – Labadié, Berthie Albrecht et Benedetti. Il s’agit de vrais squares, d’espaces ouverts, non captifs mais disposant d’horaires d’ouverture, parfaits pour reconstituer en extérieur la logistique d’une petite salle. Nous voulions toucher un public qui n’avait pas forcément pour habitude d’aller au spectacle. Et le fidéliser, créer un espace d’échange pour ce public qui s’est révélé particulièrement réceptif, nombreux et enthousiaste. Je voyais régulièrement des groupes de personnes échanger, se recommander tel ou tel spectacle, ou suivre les prologues proposés par les étudiants de l’Eracm [École régionale d’acteurs de Cannes et Marseille, ndlr]. en début de représentation. Voire même revenir pour les entendre, y compris sur des spectacles qu’ils avaient déjà vus. Un peu comme si ce rendez-vous théâtral tenait le même rôle qu’un feuilleton qu’on aime suivre à la télévision. La temporalité était d’ailleurs la même : les spectacles durent une heure et commencent à 18h30… Et les retours nous confirment qu’il s’agit d’une grande réussite, qui a considérablement désacralisé le geste théâtral et musical tout en le célébrant.

Ces rendez-vous quotidiens seront-ils maintenus sur cette édition ?

Absolument ! Conformément à cette tradition tenue depuis deux ans, deux jeunes comédien·ne·s – cette année, Athéna Amara et Joseph Lemarignier – écriront chaque jour un nouveau prologue, et le joueront avant le début du spectacle. Ils s’articuleront sur cette édition autour d’une nouvelle thématique : « C’était mieux avant (le soir) », qui leur permettra d’explorer tous les moyens possibles de refaire le monde. Une autre troupe venue tout droit de l’Eracm ouvrira le bal le 1er juillet (ainsi que le 7 juillet et le 4 août) : il s’agit de la compagnie Le Bain Collectif. Leur Édito s’écrira autour des thématiques sociales et politiques du moment, et se déclinera donc en trois versions différentes. Nous retrouverons également la compagnie La Paloma, qui était présente sur la première édition, sera de nouveau des nôtres les 11, 20 juillet et 17 août avec La Pluie, adapté du texte de Daniel Keene. Le Collectif Transbordeur, qui nous avait fait découvrir l’an dernier les témoignages de femmes atteintes du Sida, nous emmènera cette année vers l’océan Indien et les Caraïbes, les 21 juillet, 23 et 30 août. Après m’être attelé l’an dernier à la théorie de la relativité, ma troupe de Didascalies & Co s’intéressera avec Mirages du réel à la physique quantique, dans un dispositif similaire d’adresse au spectateur et de démonstration par l’humour – les 16, 21 et 24 août. Le Badaboum Théâtre nous rejoint avec Fahrenheit 451, adapté du célèbre roman de Ray Bradbury, qui sera joué les 26, 28 juillet et 22 août. Et la compagnie Soleil Vert, qui n’a pas son pareil pour scruter la poésie du quotidien et proposer un théâtre de recherche, promet de nous emmener elle aussi loin avec L’Extraordinaire n’aura pas lieu les 3, 8 et 10 août.

Cette année, Avant le Soir accueille également de la danse !

Oui, c’est une première et j’en suis très heureux. Je me suis intéressé, au vu de l’espace dont nous disposons, à des projets proches de la performance, qui proposent une réelle interaction avec le public. Les danses dédiées de la Compagnie des Corps parlants, données les 2, 3 et 8 septembre,sont ainsi inspirées des danses destinées au soin, contre la dépression, les petits et plus grands maux… Le Sinople, cette belle nuance de vert, sera célébré par l’association Promenade d’artiste les 3, 5 juillet et 9 septembre : la danse s’articule, comme souvent avec Gilles Viandier, autour du tissu et de son déploiement. Les projets musicaux seront également nombreux : Marion Liotard, Lucile Pessey et Mikhael Piccone proposeront un très beau programme de mélodies françaises – genre hautement sous-estimé à mon humble avis – les 24, 25 juillet et 18 août. Le violoncelliste Jean-Florent Gabriel s’est uni au chef cuisinier Louis Masson avec ce pari un peu fou : « cuisine-moi une suite de Bach ! ». Des verrines seront distribuées au public pour explorer ce mariage des sens les 17 juillet, 1er et 7 août. Des projets musicaux à la croisée des genres seront également à retrouver : le jazz urbain, free, mâtiné d’électro du Trio Bloom, qui se produira les 18, 27 juillet et 31 août ; mais aussi le Duo 38, union de la chanteuse d’origine vietnamienne Juliette Towanda et du guitariste argentin Gamal Darian, à retrouver les 10 juillet, 2 et 28 août. 

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR SUZANNE CANESSA

Suzanne Canessa
Suzanne Canessa
Docteure en littérature comparée, passionnée de langues, Suzanne a consacré sa thèse de doctorat à Jean-Sébastien Bach. Elle enseigne le français, la littérature et l’histoire de l’Opéra à l’Institute for American Universities et à Sciences Po Aix. Collaboratrice régulière du journal Zébuline, elle publie dans les rubriques Musiques, Livres, Cinéma, Spectacle vivant et Arts Visuels.
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus