mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesHip-Hop Society : le son de la veine

Hip-Hop Society : le son de la veine

Le temps fort consacré aux cultures hip-hop de l’Aide aux Musiques Innovatrices (AMI) est de retour du 22 avril au 4 mai. Une exposition événement, de la musique et des rencontres sont au programme.

Donner de la visibilité à l’effervescence des cultures hip-hop à Marseille, créer des liens, des ponts, entre ses acteurs·ices, entre les villes, entre les disciplines. Voilà une nouvelle fois la jolie promesse de Hip Hop Society, le rendez-vous désormais bien installé dans le printemps marseillais, qui célèbre cette année sa septième édition. Du 22 avril au 4 mai, le temps fort propose un vaste programme : de la musique live bien sûr, mais aussi une exposition très attendue, des sorties de résidence, une jam, une carte blanche… tour d’horizon.

C’est, c’est, c’est un Atlanta
Ce sera le principal temps fort de cette nouvelle édition. Hip-Hop Society présente l’exposition Marstlanta signée DJ Djel (voir notre entretien à propos du Fonky Festival de Mars). Un projet né en 2023, suite à la résidence de l’artiste marseillais dans cette ville – reconnue aujourd’hui comme étant culturellement la plus dynamique des Etats-Unis –  avec la Villa Albertine, ce programme qui invite des artistes français outre-Atlantique. Avec l’idée de « créer un pont entre Marseille et Atlanta par et pour la culture hip-hop », Djel présente un projet de création sonore, enrichi de prises de son en extérieur, enregistrements musicaux, interviews… des photographies et des vidéos. On y découvre les étranges similitudes entre les deux villes séparées de quelques 7 000 kilomètres : l’une et l’autre vivent aujourd’hui « des transformations sociologiques et urbaines en accéléré ». Deux villes qui traînent pourtant des réputations de « villes sales », et où le rap a joué un rôle prépondérant dans la revitalisation culturelle dans les années 1990. 

Ancienne et nouvelle générations
La suite du programme nous ramène dans nos contrées méditerranéennes. Comme avec la restitution de résidence qui a vue Imhotep (IAM) et le rappeur libanais El Rass travailler ensemble pendant plusieurs mois entre Marseille et Tripoli. Une création sonore à découvrir le 4 mai à La Friche La Belle de Mai. La jeune et très prometteuse rappeuse marseillaise Dilome sera aussi au cœur de la programmation : on l’a d’abord vue sur la scène du Fonky Festival de Mars, un événement partenaire dont elle a été l’une des têtes d’affiche, elle proposera aussi deux journées de coaching les 22 avril et 3 mai. L’occasion, peut-être, de découvrir comment « la rappeuse de La Plaine » s’inspire pour l’écriture de ses textes tranchants. On la verra enfin le soir du 3 mai pour un showcase en compagnie de Buu Wallace, autre artiste émergent de la scène rap locale.

On n’oubliera pas non plus d’aller faire un tour au Théâtre de l’Œuvre le 2 mai, pour la Jam Jazz & Rap co-organisée avec le Marseille Jazz des Cinq Continents. Merveilleuse idée d’assembler ces deux styles à l’archéologie musicale commune, qui ont tous deux gardés au cœur de leur pratique l’art de l’improvisation.  

NICOLAS SANTUCCI

Hip-Hop Society
Du 22 avril au 4 mai
Divers lieux, Marseille
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus