dimanche 19 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesPour les minots de Ramina

Pour les minots de Ramina

Ce mercredi, Le Makeda ouvre ses portes à l’association Ramina pour un concert de soutien aux mineurs isolés. Au programme, Massilia Sound System, Imhotep, Zar Electrik et un certain DJ Mousco

Massilia Sound System, Imhotep, Zar Electrik… L’affiche n’est pas des moindres et la cause  n’en méritait pas moins. Artistes de premier plan de la scène musicale marseillaise, ils ont accepté comme une évidence de participer à la première soirée Gâter le coin, en soutien à l’association Ramina. Le réseau de bénévoles est devenu un acteur essentiel de la solidarité avec les jeunes exilés face à la défaillance du Département des Bouches-du-Rhône dans son obligation de mise à l’abri des enfants et particulièrement des mineurs non accompagnés. Aux manettes de la soirée du 22 février au Makeda, Morgan, DJ producteur connu sous le nom de BRK et actif dans les musiques électroniques depuis une quinzaine d’années à Marseille. Engagé depuis à peine un an dans le collectif, Morgan est devenu le référent d’un jeune Malien puis s’est investi dans la permanence de rue qui se charge de trouver des hébergeants bénévoles pour que les primo-arrivants évitent de dormir dehors. Son expérience dans la musique le conduit à organiser une première soirée solidaire au Molotov, en juin dernier, puis une autre, un mois plus tard, au Couvent Levat. « Créer des événements festifs, c’est plus sympa que faire des réunions pour recruter de nouveaux bénévoles et lever des fonds », explique-t-il. Car l’association multiplie ses actions bien au-delà de l’hébergement pour protéger et accompagner au quotidien les jeunes qu’un parcours migratoire souvent traumatisant a conduits jusqu’à Marseille. Parmi eux, Moussa, venu de Côte d’Ivoire, dont la passion pour le deejaying est encouragée par BRK et une autre membre de Ramina, Pauline Gomez, alias Pola Facettes. Au Makeda, Moussa deviendra donc DJ Mousco, et ambiancera le début de soirée avec deux heures de mix. Histoire de « gâter le coin ». Et pour que cette expression ivoirienne qui signifie mettre l’ambiance devienne, une fois par trimestre, un rendez-vous incontournable de la fête et de la solidarité dans la célèbre salle de la rue Ferrari.

LUDOVIC TOMAS

Gâter le coin #1
22 février
Le Makeda, Marseille
Billetterie ici

Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus