vendredi 1 mars 2024
No menu items!
spot_img
AccueilCinémaJuger la guerre

Juger la guerre

Au festival PriMed était présenté L’Enquêteur de Viktor Portel. Un film qui revient sur les crimes commis en ex-Yougoslavie à travers l’investigation menée par Vladimir Dzuro pour le Tribunal de La Haye.

Un homme qui marche, de dos. Une voix off : « de terribles choses sont arrivées dans l’ex-Yougoslavie. » Cette voix est celle de Vladimir Dzuro, un ancien enquêteur du Tribunal pénal International pour l’ex-Yougoslavie, basé à La Haye entre 1993 et 2017. C’est lui le premier enquêteur tchèque qui va nous guider tout au long du film de Viktor Portel, L’Enquêteur, présenté au Primed dans la section « Mémoire de la Méditerranée ».

Quand la guerre éclate en 1991, le premier champ de bataille est la ville croate de Vukovar et le premier dossier concerne les crimes qui y ont été commis, les 300 personnes disparues. Photos, témoignages poignants de l’ancienne directrice de l’hôpital, d’une journaliste italienne, d’un survivant. Évocation de l’arrestation de Slavko Dokmanovic, poursuivi pour crimes contre l’humanité, « pas le plus grand monstre mais nous voulions qu’il soit arrêté et jugé. » Il s’est pendu dans sa cellule : « deux ans de travail et la justice n’est pas faite ! ». Beaucoup de gens espéraient que la Yougoslavie suivrait la voie de l’Allemagne post nazi. 

90 condamnés

Le deuxième dossier est le cas Arkan, de son vrai nom Zeljko Raznatović, qui a crée les Tigres d’Arkan et initié une « nettoyage ethnique ». Un homme très populaire en Serbie comme le précise Ivana Zanic, directrice du Centre de Droit Humanitaire. Témoins protégés, rescapés des massacres, tous racontent avec dignité et pudeur ce qu’ils ont vu et vécu. Rakan a été poursuivi pendant des années dans toute l’Europe, mais quand en avril 1999 on apprend qu’il est prêt à coopérer, il est abattu par un policier serbe : il aurait pu nuire au procès de Milosević.

Au total, le Tribunal a poursuivi 161 personnes et en a condamné 90. Ce n’est pas assez pour Vladimir Dzuro, l’enquêteur, qui regrette le manque de coopération des États : « J’ai quitté le Tribunal, car après 10 ans le stress et les émotions vous marquent ». Il a accepté une proposition de L’ONU. Mais les doutes sont toujours là : peut-être aurait-il dû continuer.

Guidé, par la voix de Vladimir, on apprend beaucoup dans ce film-enquête du Tchèque Viktor Portel, inspiré par le livre de son protagoniste, The Investigator: Demons of the Balkan. Un film éclairant dans cette période troublée, dont on regrette qu’elle ne tire pas les leçons de l’Histoire… De quoi répéter encore les mots de Prévert « Quelle connerie la guerre ».

ANNIE GAVA

L’Enquêteur de Viktor Portel

L’Enquêteur, présenté dans le cadre du PriMed, Le Festival de la Méditerranée en images qui s’est tenu du 4 au 8 décembre à Marseille, a obtenu le Prix à la diffusion de la RAI( Italie)

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus