lundi 20 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilSociétéÉditoLa preuve par l’art

La preuve par l’art

Quel bel été ! Toutes les villes de la région, comme si elles s’étaient donné le mot, organisent des événements publics gratuits, expositions sur les cimes, ateliers d’art, concerts, théâtre, danse, à Aix, Marseille, Martigues, Vaison, Gap, Toulon… 

Il n’est pas une ville, un village, où un concert ne vienne agrémenter le jour du marché ou les soirées apéritives. Et dès le 16 août on pourra dénicher en librairies les premiers volumes de la rentrée littéraire, et dans nos salles de ciné quelques chefs d’œuvre que nous avons vus et lus pour vous. 

Dans ce contexte de partage entre touristes et habitants, entre générations, entre fans de culture et néophytes curieux, comment comprendre l’instauration progressive d’un état policier qui n’entend plus la rue, sinon pour la réprimer violemment ? Si les scènes de plein air attirent tant de spectateurs cet été, c’est parce qu’elles offrent des émotions et parlent des tensions sociales, comme la compagnie Hylel, Rara Woulib, les anciens de Zebda, ou Accrorap. 

Comment admettre alors que le Ministre de l’Intérieur défende inconditionnellement des prétendues forces de l’ordre qui tabassent, mutilent et tuent, alors même qu’aucun policier n’est mort dans une manif en France depuis plus de trente ans ? Comment comprendre que notre état de droit accepte que Bolloré, dont le projet politique est clair, refuse de s’engager, en reprenant le JDD, à ne pas diffuser de propos racistes, homophobes et sexistes ? Un état de droit accepte-t-il donc leur diffusion ? Une Ministre d’Etat nouvellement nommée à la politique de la ville peut elle y asséner des absurdités populistes sur les banlieues délaissées qu’il faudrait délaisser plus encore ?

Bolloré a compris que le combat était culturel, et qu’il devait s’emparer des esprits pour s’emparer du pouvoir. Notre résistance, nécessaire, vitale, aux idées fascisantes qui s’installent partout en Europe, passera par l’expression affirmée de nos valeurs, de nos cultures, de nos espoirs. Dans nos espaces publics, nos journaux, nos écrans, et nos livres.

Agnès Freschel

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus