mercredi 30 novembre 2022
No menu items!
spot_img

Land of Hope

L’autrice britannique Anna Hope débarque en Provence

Le troisième roman d’Anna Hope a fait grand bruit lors de sa parution en septembre dernier. Bien connue des fans de Doctor Who, l’autrice et comédienne a déjà à son actif quatre romans, parus entre 2016 et 2022. Le Rocher Blanc, édité conjointement dans sa version originale et sa traduction française, est paru aux éditions du Bruit du Monde. L’attachement de l’écrivaine à Marseille et ses alentours est tangible : après un passage à Manosque en septembre dernier, la revoilà donc parmi nous ! C’est tout d’abord à la librairie Histoire de l’œil qu’elle fera escale le jeudi 24 novembre à 19 heures. Puis à l’Institut de l’image d’Aix-en-Provence qu’elle présentera Un Monde plus Grand de Fabienne Berthaud, qui explore, de même que Le Rocher Blanc, l’histoire des traditions et rites chamaniques, le vendredi 25 novembre à 18 heures. Et enfin au Festival du livre de Marseille, le samedi 26 novembre à partir de 16h45, qu’elle viendra à la rencontre d’un public que l’on espère nombreux.

Mémoire des deux rives

La richesse de la langue mais aussi et surtout la richesse narrative du Rocher Blanc, font en effet de ce texte un des temps forts de cet automne littéraire. La traduction d’Elodie Leplat est pour beaucoup dans le pouvoir de fascination de cette saga qui déploie quatre récits se déroulant à quatre siècles d’intervalle autour d’une petite île aux pouvoirs mystérieux. Documentées mais pas dogmatiques pour deux sous, les escales historiques esquissent une lignée par-delà les peuples, genres et strates sociales. Soit en 2020 autour d’une écrivaine vivant conjointement une maternité récente et un divorce ; en 1969, autour d’un chanteur évoquant fortement Jim Morrison ; en 1907, auprès d’une amérindienne ; et enfin en 1775, sur le bateau d’un capitaine à la dérive. La principale force du Rocher Blanc réside dans l’attention égale apportée à chaque segment, et donc à l’intérêt suscité par chaque personnage. Mais également dans l’alliance opérée par le texte entre narration, contemplation et divagation, qui nimbe Le Rocher Blanc d’une poésie toute mystique.

SUZANNE CANESSA

Le Rocher Blanc d’Anna Hope, traduction d’Elodie Leplat, paru au Bruit du Monde en septembre.

ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus