mercredi 21 février 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesEn rayonLe Bel indifférent : la musique d’une voix solitaire

Le Bel indifférent : la musique d’une voix solitaire

Pour la première fois, le texte de Jean Cocteau est mis en musique par le compositeur Jean-Marie Machado et porté à la scène par l’ensemble Virêvolte. Un livre-disque illustré en offre le récit

Dix ans après La voix humaine, ce « dialogue à une voix », disait son auteur, était écrit à l’intention d’Edith Piaf. Le Bel Indifférent, véritable monologue même si apparaît un second personnage face à la protagoniste, elle aussi, comme dans le texte précédent, femme trompée qui souffre des mensonges de son amant. La force théâtrale du texte, ses respirations internes n’incitent pas à la construction mélodique pure, aussi, la musique de Machado suit les volutes de la voix parlée. C’est elle d’ailleurs qui ouvre la pièce, on entend peu à peu derrière les mots les instruments dans le lointain. De retour de son tour de chant dans une chambre d’hôtel, elle appelle un certain Totor qui pourrait savoir à se trouve Émile, « un ange », puis le téléphone sonne, la sœur de l’absent demande où il se trouve… Le chant s’élève alors, la délaissée évoque les scènes précédentes, les commente… le jazz de la mélodie emprunte alors au registre klezmer pour marquer ses impatiences, ses révoltes, la douleur de son enfermement entre les quatre murs de ses attentes vaines du « magnifique gigolo au bord de ne plus l’être ». La soprano Aurore Bucher  (directrice artistique du projet) apporte son talent de comédienne à cette partition dont elle épouse toutes les formes, bouleversante de vérité dans toutes les expressions des émotions multiples qui la traversent. L’effectif réduit des musiciens souligne ce travail en épure, Pierre Cussac (accordéon), Carjez Gerretsen (clarinette), Anthony Leroy (violoncelle) Ludovic Montet (percussions et le vibraphone). Le livre lui-même se présente en accordéon qui peut se déployer en longue fresque sur laquelle courent les dessins stylisés de Laure Slabiak, véritables photographies de l’âme, imprégnées du monde onirique de Cocteau. Une merveille qui ne déparera pas le sapin de Noël !

MARYVONNE COLOMBANI

Le Bel indifférent, ensemble Virêvolte
Enphases
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus