mardi 28 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesLe Festival d’Aix-en-Provence se rafraîchit la mémoire

Le Festival d’Aix-en-Provence se rafraîchit la mémoire

Pour fêter ses 75 ans, le rendez-vous d’art lyrique proposait une journée de rencontres autour de l’histoire et des archives du festival

Soixante-quinze ans déjà ! Avec l’aide de la comtesse Lili Pastré, Gabriel Dussurget fondait en 1948 le Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence, soutenu aussi par le Casino municipal d’Aix Thermal et son administrateur Roger Bigonnet. Plus d’un millier de décors, cartons, maquettes (par les peintres, Balthus, Antoni Clavé, Derain, Matias, Sansó…), quinze mille costumes de scène, lettres, contrats, feuilles de comptabilité, critiques, partitions (et pas seulement celles des musiciens ou des metteurs en scène, mais de la multitude des techniciens qui entourent le spectacle, régisseur lumières, décors, son…) sont les témoignages de l’ampleur de cette manifestation qui a placé Aix-en-Provence parmi les grandes scènes internationales. Comment valoriser, protéger, diffuser cet énorme corpus ?

Comment préserver l’héritage ?

Cinq tables rondes organisées par les doctorantes et chercheuses associées à Telemme (laboratoire lié à Aix-Marseille Université) Anne Le Berre, Sylvia Herrisé et le chercheur Pierre Pinchon (Amu/CNRS) convoquaient divers acteurs universitaires, professionnels du spectacle et des archives sur les sujets cruciaux de la mémoire du festival. Se posent les questions de classement, tri, conservation, mise à disposition des artistes, des scientifiques, des publics. « Le théâtre est un lieu d’identité très précieux pour une ville, sourit l’un des intervenants, il s’agit d’un patrimoine architectural mais aussi affectif ». Les archives deviennent plus complexes à préserver encore aujourd’hui : un dessin à l’aquarelle se classe plus aisément qu’un support informatique (ouvrir un dossier de 1981 relève de la gageure !). Il s’agit de collecter la mémoire, réfléchir sur les usages, la chronologie, mettre en évidence une histoire de l’art contemporain, de ses ruptures avec les traditions, tout un ensemble passionnant et vaste qui ne cesse de s’enrichir…

MARYVONNE COLOMBANI

« Les collections se dévoilent » s’est tenu le 14 juin au Musée Granet, à Aix-en-Provence.

Rendez-vous le 1er juillet
Trois courts métrages présentés lors de cette journée livrent quelques secrets des archives de la ville des décors, du montage des archives de l’INA. Ils seront diffusés sur le site du festival dès le 1er juillet. Premiers pas avant la création d’un musée qui puisse présenter cet immense et émouvant corpus ! 
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus