dimanche 16 juin 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesLouis s’en va-t-en guerre

Louis s’en va-t-en guerre

Partie, pièce antimilitariste de la franco-irakienne Tamara Al Saadi, était présentée  dans la cour de  la Vieille Charité  à Marseille

Artiste compagnonne pour 3 ans du théâtre de la Joliette, Tamara Al Saadi présente à Marseille l’ensemble du répertoire de sa compagnie La Base. Un répertoire influencé par son histoire personnelle d’Irakienne réfugiée en France à 5 ans, et par sa formation en Master d’expérimentation en arts et politique sous la direction de l’anthropologue Bruno Latour. Partie, créé en 2022 à Avignon, spectacle participatif et fabriqué à vue, aborde la mobilisation et le vécu d’un jeune soldat français pendant la première guerre mondiale.

Fort, normal, bas

Le plateau blanc est posé directement sur le gravier de la cour de La Vieille Charité, on prend place face à lui sur un gradin en bois, muni d’un petit livret distribué à l’entrée. L’équipe artistique arrive et Tamara Al Saadi explique : les livrets sont de différentes couleurs correspondant aux cases masquées du panneau de bois. Lorsqu’elle dévoile une couleur, les spectateurs concernés tenant le livret de même couleur doivent lire le texte. De façon forte, normale ou basse selon la seconde case dévoilée. Le spectacle commence.

Eliane, vendeuse de quatre saisons, la mère de Louis, fait la cuisine dans des aller-retours amusants avec la créatrice sonore qui derrière la table réalise avec malice les bruitages de la scène, comme de toutes celles qui vont suivre. Louis se lève, puis part au marché. C’est là qu’il va apprendre, par la rumeur du chœur des spectateurs que la guerre se prépare. Il va passer des guêtres, prendre son paletot, partir avec d’autres, au front dans les tranchées, acclamés par la foule. Et dans ses lettres à sa mère, avec pudeur et retenue, pour ne pas l’inquiéter, raconter la guerre. Dont l’évocation se fabrique sous nos yeux, sonore, en tas de terre, en fumigènes noirs, en texte, où naissent le doute, le silence, la folie. Traversés des témoignages de Louis, de plus en plus déchirants, et du chœur des spectateurs haut, normal ou bas.

Le pire arrive après de multiples horreurs, conclues méloramatiquement par une lettre, pleine d’espoir, d’Eliane à son fils, dont elle n’a plus de nouvelles. Lue à voix basse par tous les spectateurs. En nos temps d’un bellicisme présenté comme désirable, la piqûre de rappel d’un théâtre délicat, inventif et participatif  est bienvenue.

MARC VOIRY

Partie de Tamara Al-Saadi a été présenté du 1er au 4 juin à la Vieille Charité par le Théâtre de la Joliette
A venir
les 12  et 13 juillet

Scène Nationale Châteauvallon-Liberté
Châteauvallon, Ollioules
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus