lundi 3 octobre 2022
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesOn y étaitNkumba System était au rendez-vous du lac

Nkumba System était au rendez-vous du lac

La mairie des 9e et 10e arrondissements de Marseille a organisé pendant tout l’été la 3e édition des rendez-vous du lac. Ce jeudi 25 août, c’était le concert de clôture, avec la musique afro-colombienne des Nkumba System

À la tombée du jour, les pelouses du parc de Maison Blanche descendent en pente douce vers son petit lac – très petit car complètement à sec – où sont organisés Les rendez-vous du lac. Mais tout le monde est tourné vers la petite scène, montée sous un immense tilleul, tout en étant installé à la cool pour le pique-nique, grands tissus posés sur l’herbe, chaises de jardin ou de camping, fauteuils de plage, tables disséminées ici ou là. Le concert des Nkumba System démarre pile à l’heure : 20 heures. Les cinq musiciens, Cindy Pooch (chant), Jhon Socha (basse, choeurs), Simba Daniel Evousa (guitare), Cédrick Bec (batterie) se sont réunis autour du guitariste Guillo Cros en 2018 à Bogota (Colombie). Un combo qui mélange dans ses compositions originales rythmes sud-américains et guitare africaine : cette guitare à la fois rythmique et mélodique, sautillante et chantante, qui va introduire pas mal de morceaux d’une phrase brièvement répétée, mettant en branle aussitôt la machine rythmique caliente du groupe. 

Cindy Pooch, à la voix chaleureuse et caressante, planante ou dansante, grande liane camerounaise gracieuse et énergique, transmet sans effort l’envie de bouger son corps à un public de plus en plus dense et debout devant la scène, au fur et à mesure du concert. Pendant lequel on apprend, démo à l’appui, que le bikutsi se danse en bougeant les deux épaules à la fois. Et, un peu plus tard, qu’une chanson décoiffante, chantée en espagnol comme la plupart des morceaux, parlait des gens aux poches trouées, qui brûlent la vie par les deux bouts. On n’en saura guère plus sur le contenu des chansons, ou sur les assemblages rythmiques afro-colombiens à l’intérieur des morceaux, mais ce n’est pas le but : le but c’est faire danser le public, sans arrêt, comme en Colombie ou au Cameroun, nous dit à la fin du concert Guillo Cros, transpirant et souriant. Donc si vous souhaitez savoir comment le Nkumba System conjugue le highlife, la rumba zaïroise, le makossa avec la cumbia, le currulao ou encore la guaracha dans leurs morceaux, prenez rendez-vous ! Les Nkumba sont désormais basé à Marseille : on n’a pas fini de danser ! 

MARC VOIRY

Nkumba System clôturait Les rendez-vous du lac le 25 août, au parc de Maison Blanche, Marseille. 

ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus