mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsOCCITANIE : BAM ! Sète et Thau ont 20 ans !

OCCITANIE : BAM ! Sète et Thau ont 20 ans !

Pour fêter les 20 ans de Thau Agglo, la communauté passe commande de 20 œuvres d’envergure, pour des Balades Artistiques en Méditerranée (BAM) d’exception

L’archipel de Thau et la ville de Sète offrent une variété de paysages et d’environnements propres à susciter l’intérêt des artistes. La liste des artistes du territoire est longue et prestigieuse -Combas, Othoniel, Di Rosa,  Pétrovitch, Fantozzi…- et c’est assez naturellement que Robert Commeinhes,  maire de Sète et président de l’agglopôle, a élaboré cette « opération artistique et urbanistique » qui vise à « faire naître des regards nouveaux sur les paysages si diversifiés de notre agglomération entre mer et étang, garrigues et vignobles, villes et villages. »

Mais attention, le but n’est pas de « produire davantage de tourisme ». « Nous ne voulons pas créer des dégradations environnementales, mais mettre en valeur les projets d’aménagement ou de réhabilitation de chaque commune », précise Christophe Durand, vice-président délégué à la culture. Si ces BAM étaient initialement conçues pour s’insérer dans le projet de capitale culturelle européenne, elles ont une ambition autonome, et un budget propre de 2 millions d’euros répartis sur quatre exercices, pour 20 commandes publiques qui verront le jour d’ici 3 ans. 

Tout Thau

Les premières seront installées durant les prochaines semaines : la grande sculpture de bronze Dans mes mains de Françoise Pétrovitch, destinée au pont de la gare de Sète, ou les cinq pièces d’André Cervera qui racontent, comme dans une BD colorée retrouvant une ligne claire d’acier, l’histoire de Poussan où le peintre sétois vit et travaille désormais. 

Les œuvres d’Hervé di Rosa, Victoria Klotz, Richard di Rosa leur succèderont d’ici la fin 2024, puis celles d’Elisa Fantozzi, Robert Combas,  Agnès Rossé, Céleste Boursier-Mougenot… au rythme de six par an, afin de prévoir au terme du projet quatre parcours aux vocations différentes : un autour des étangs, avec une prédominance des abris et un rapport affirmé à la vie animale, un sur les versants de Thau et son patrimoine historique, un autre sur les rivages de Thau, ses huîtres, ses garrigues et ses parcs populaires, et un à Sète, plus urbain.

« L’œuvre est adaptée à chaque site patrimonial ou naturel et trace le lien sensible du vivant. Je n’ai pas conçu mon travail comme pour une exposition, explique Salvador Garcia, commissaire du BAM, mais comme l’association d’un artiste avec un aménagement naturel ou urbain. Souvent avec des artistes, hommes et femmes, qui y vivent, et des maires qui prennent à cœur le projet, qui défendent l’idée d’investir dans des œuvres qui ne font pas l’unanimité, puisqu’une œuvre d’art contemporain n’y parvient jamais. »

Femme de Françoise Pétrovitch © X-DR

Huit à Sète

La capitale de l’agglo, outre le bronze de Françoise Pétrovitch, accueillera les totems d’acier de la marseillaise Chourouk Hriech, pour une promenade entre terre et mer, vide et plein ; une sculpture imposante d’oiseau de mer face aux embruns du site Saint Pierre de Johan Creten, une fontaine à Bears vert et rouge de Fabrice Hyber, sur la place Aristide Briand et son projet controversé de parking souterrain. La salle polyvalente Brassens, fermée pour vétusté depuis 2019, y sera entièrement reconstruite, pour offrir ses 1100m² aux associations de la ville, et offrir à tous une fresque de Robert Combas, qu’il veut « très colorée, qui tienne avec le temps, soit entièrement visible de l’extérieur et parle de Brassens »

Plusieurs œuvres des artistes de ces BAM ont pris d’ores et déjà pris leur place dans l’espace public sétois : le pont des Arts de Jean Denant, au trajet courbe, voiles d’inox et empreintes de filets de pêche, ouvre désormais un des accès à la ville et les plaques en émail de Francois Lugori déclinent sur les murs du parking Victor Hugo leur vision colorée de la création du monde. 

Sur la place au-dessus la Fontaine des fleurs mouvantes sublime le rouge et bleu de Sète, comme des coquelicots flottant sur la mer, offrant aux enfants la possibilité de la fraîcheur et, le soir, la majesté des jets d’eaux illuminés : Jean Michel Othoniel, d’ici fin 2025, restaurera également le Pavillon des bains de la place, en l’ornant de fresques au sol, aux murs sans doute. Un projet qui bénéficie d’une commande d’État.

AGNÈS FRESCHEL

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus