dimanche 21 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesQuand l’étrange erre à Nîmes

Quand l’étrange erre à Nîmes

La Cie 1Watt jouait le 7 octobre Nous impliquer dans ce qui vient dans les rues de Nîmes, un spectacle présenté en co-accueil par Le Périscope et le Théâtre Christian Liger

Rendez-vous était donné à 17h ce 7 octobre sur la place du Chapitre à Nîmes par la Cie 1Watt, venue en voisine de son QG créatif d’Anduze. Il faut beau, la place est grande… Et les spectateurs sont au rendez-vous. Comme des trublions survoltés, les neuf artistes, essentiellement des femmes (mises en scène par un homme, Pierre Pilatte) virevoltent dans l’espace. Elles en appellent publiquement à faire place à « l’estrangement » et « la curiosité ». Un joyeux désordre qui a de quoi désorienter le public, lequel doit sans cesse sortir de son immobilité d’observateur pour se déplacer, aller à la rencontre du spectacle en mouvement, rester en constant état de veille. Une des femmes affirme : « On ne fait pas de spectacle pour révolutionner le monde mais pour s’autoriser ». 

Une performance totale

C’est là que le spectacle commence vraiment, décidé à porter des récits de luttes, des histoires individuelles comme les mots de Peter Handke, prix Nobel de littérature 2019. Les mots sont là sous toutes les formes, parlés, scandés, chantés, inscrits sur des pancartes ou sur les corps. Un festival de revendications dans lequel la place de la femme est centrale, forte et faible, affirmée et dans le doute, douce et révoltée, humaniste et bagarreuse. Au diable les jugements, « Nous sommes nous », crie l’une d’elles, se faisant parole collective dans un élan de sororité. Comme pris d’une fièvre contagieuse, revêtus de tenues carnavalesques multicolores allant parfois jusqu’au grotesque (mais jamais ridicule), les corps entrent dans une transe. Le public, lui, est fébrile. La performance est totale, démontrant le talent d’une troupe maîtrisant l’art de métamorphoser l’espace public. Impossible de ne pas se questionner sur notre place de spectateur, ni centrale ni périphérique, ni simple observateur ni vraiment acteur, juste traversé d’une énergie exubérante qui nous empêche de nous figer dans un lieu précis. « Nous sommes peu à peu, vous et nous, une seule et même chose », dit une voix calme. Différentes et semblables, les neuf femmes ne s’arrêtent plus de danser et chanter, étrangement libres. Et nous aussi. 

ALICE ROLLAND

Nous impliquer dans ce qui vient de la Cie 1 Watt a été présenté le 7 octobre à Nîmes par Le Périscope et le Théâtre Christian Liger
À voir le 11 novembre à Montpellier dans le cadre de la Biennale des Arts de la Scène en Méditerranée. 
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus