dimanche 27 novembre 2022
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesOn y étaitSe méfier des imitations !

Se méfier des imitations !

Les Faux British embarque le spectateur dans une folie absurde, où le rire fait vite oublier le manque de finesse

Dès l’entrée dans le hall du théâtre, on croise un monsieur en costume qui cherche quelqu’un qui serait sorti promener son chien. Alors que l’on s’installe, déjà sur scène, rideau ouvert, s’affaire une technicienne qui n’arrive pas à remettre en place la tablette de la cheminée et tente de la fixer en vain. Le grand portrait qui surplombe la scène tombe et s’avère trop lourd pour le décor, il est remplacé par une toile plus petite représentant une tête de chien… Bientôt arrive le monsieur du hall qui se présente comme le président du club des admirateurs de Conan Doyle, tout ému de monter avec ses collègues une pièce de théâtre inédite supposée être un texte du père de Sherlock Holmes. Il s’agit d’un meurtre, de personnages coincés dans une maison isolée, d’un détective qui devra élucider le crime…
Entre le décor qui fout le camp, les textes sus approximativement, les crises de cabotinage, les répliques qui se croisent dans le mauvais sens et les moments surjoués, les codes de l’absurde sont exploités ad libitum dans un univers qui tient des Monty Python et des Rubriques-à-Brac de Gotlib. Tous les types de comique sont repris : situation, mots, jeu, sans compter les allusions plus ou moins lourdes. Certes l’ensemble manque de finesse, les gags sont parfois répétés jusqu’à l’usure, mais qu’il est bon de rire ! Alors que le monde s’affole un peu partout, un îlot de paix espiègle où humour et grotesque sont mis en œuvre sans arrière-pensée, quelle chance ! De faux british sans aucun doute mais de vrais acteurs qui savent nous rendre un temps le bonheur de l’insouciance.

MARYVONNE COLOMBANI

Les Faux British est donné jusqu’au 8 octobre au théâtre du Jeu de Paume, à Aix en Provence

ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus