lundi 3 octobre 2022
No menu items!
spot_img
AccueilScènesQue des fadas à Martigues

Que des fadas à Martigues

À Martigues, les Fadas du Monde organisent soixante rendez-vous festifs, populaires et gratuits jusqu’à fin août

Les Fadas du Monde ont pris le relais en 2019 du Festival de Martigues, qui se déroulait au cœur de l’été, et qui proposait aussi toute l’année des moments de partage et de rencontres, d’étonnement et de découvertes, construits avec les habitant·e·s de la ville. Cette année, les Fadas proposent trois mois d’une programmation ancrée autour de six valeurs : la mondialité, l’hospitalité, les égalités, la biodiversité, la liberté, et la paix. Au programme : ateliers, cinéma, concerts, sports, jeux et e-sports, théâtre, danse, arts de rue, cafés-découvertes, résidence d’artiste, visites.

Des concerts

Il y en a pour tous les goûts, du punk rock à la musique de chambre, en passant par les musiques du monde et le hip-hop. Par exemple celui de La Perla (11 juillet – Cour de l’île), trio de chanteuses-percussionnistes colombiennes, à l’attitude rock, catapulté sur les scènes internationales par l’intermédiaire de leur chanson Bruja retenu par Netflix pour l’une de ses séries. Ou bien encore SOvOX (25 juillet – Cour de l’île), à l’énergie rock garage bien taillée, un trio masculin mené par un batteur-chanteur, feu-follet pogotant derrière ses fûts. Et aussi du 60’s greek revival, avec Deli Teli, (8 août – Cour de l’île) bongo, bouzouki et orgue farfisa, un combo greco-marseillais qui reprend, à leur façon rock, les tubes oubliés du laïko, la pop grecque des années 60. Dansant !

De l’art

À noter, celui du plasticien Laurent Valera, qui présente l’évolution de son installation monumentale Mémoire exposée aux Archives de Bordeaux Métropole en 2019 en une forme hybride croisant arts visuels et danse. Elle s’appelle désormais Souffles#1, et est conçue avec la chorégraphe Christine Hassid (10 juillet – plage de Ferrières). Et, dans le cadre du projet collaboratif Plastigo, l’artiste transmédia Souad Mani (9 juillet – théâtre de verdure de la base de voile de Tholon) propose de découvrir le résultat de son travail : une œuvre réalisée à partir de captations vidéos prises la nuit ou au soleil couchant aux abords du site et autour de l’étang de Berre. Le fruit d’un travail entrepris en 2021 avec l’aide de plusieurs artistes et de l’association Par ce passage, infranchi.

Et des visites

Parmi ces dernières, celle du « calen » : une pêche très locale, qui a vu le jour au XIXe siècle, le terme désignant à la fois le lieu (le chenal de Caronte, qui relie l’étang de Berre à la Méditerranée, au cœur de la ville) et le filet, tendu entre les deux berges du canal. Pour attraper en particulier muges ou mulets femelles et leurs œufs afin d’obtenir la fameuse poutargue (tous les vendredis de juillet). Autre visite alléchante : des balades en voilier ou en zodiac, avec le service Art, Histoire et Archéologie de la Ville (du 25 au 29 juillet – sur réservation – jauge limitée) pour découvrir l’étang de Berre et Martigues depuis l’eau – visite commentée sur différentes thématiques : archéologie, cartographie, environnement, art, urbanisme…

MARC VOIRY

Fadas du Monde
Jusqu’au 31 août
Divers lieux, Martigues
fadasdumonde.fr
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus