dimanche 21 avril 2024
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesTraversées polyphoniques

Traversées polyphoniques

Le deuxième album du trio féminin Samaïa célèbre la diversité culturelle en incarnant des chants anonymes d’une beauté universelle

L’album présenté cette semaine vaut bien une légère entorse à nos principes. Ne le cherchez pas tout de suite chez votre disquaire ni même sur les plateformes numériques, il ne sortira que dans quelques semaines. L’objet existe bel et bien mais il faut avoir la chance d’assister à un concert du trio Samaïa pour repartir avec. Comme ce fut le cas le 7 janvier dernier, à la Cité de la Musique de Marseille, où à l’invitation du désormais programmateur Manu Théron, Éléonore Fourniau, Noémie Nael et Luna Silva ont présenté leurs magnifiques Traversées. Un trio né au hasard d’une rencontre, au cours d’un stage consacré aux chants traditionnels de la mer Noire, alors qu’il n’avait pas prévu de se constituer mais que l’évidente connivence vocale a fini par convaincre de le faire. Comme le visage à trois faces de la reine géorgienne Tamar auquel le nom Samaïa fait référence, l’univers musical de la formation est multidirectionnel. Il mêle les affinités culturelles des trois interprètes dont le travail d’arrangement de chants traditionnels qui ne sont pas à l’origine polyphonique est à saluer. 

Voyage linguistique
Se tissent des croisements d’esthétique délicats, mariant les percussions à la vielle à roue. Le répertoire polyglotte emprunte naturellement de nombreux airs de régions bordant la mer Noire et d’Anatolie. Le morceau Avlaskani Cuneli nous remet en mémoire la culture musicale laze, de cet ancien peuple caucasien dont les descendants vivent aujourd’hui entre la Turquie et la Géorgie. Echate a la mar rappelle la richesse de la tradition chantée judéo-espagnole. Le kurde et le persan nous renvoient inconsciemment à la lutte actuelle de populations atteintes dans leur chair. Le breton et l’occitan côtoient le français de la Renaissance. Car le voyage linguistique est une dimension importante de ces Traversées, au même titre que son exploration de rythmes du monde. Soulignant ainsi l’égale beauté de patrimoines parfois malmenés par les cultures dominantes. Et Samaïa de les chanter avec la même aisance, la même énergie, en reformulant des pratiques vocales selon sa propre sensibilité et sa perception harmonieuse de la modernité. 

LUDOVIC TOMAS

Traversées
Samaïa
Inouïe distribution
Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES

Les plus lus