dimanche 19 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesAvignon : la « fête civique » est finie

Avignon : la « fête civique » est finie

Lors de la conférence de presse de clôture, Tiago Rodrigues a dressé un bilan plutôt positif de la 77e édition, avant de lever le voile sur une partie de la programmation 2024.

Tiago Rodrigues a dressé un bilan à chaud de sa première édition comme directeur du Festival d’Avignon, rappelant son attachement aux deux piliers du Festival, cette « fête civique ». Premier axe, la prise de risques aux côtés des artistes dans le processus de création, et dans leur liberté d’expression. Tiago Rodrigues a d’ailleurs condamné fermement les agressions physiques et verbales racistes qui ont émaillé les dernières représentations de Carte noire nommée désir de Rébecca Chaillon. Il s’est dit « fier » de présenter ce spectacle, comme il pourrait être fier de la représentation des queers dans The Romeo, des crève-la-faim dans Welfare, des insurgés dans G.R.O.O.V.E. etc.

Premières fois

Deuxième axe, un accès démocratique au théâtre, pour le plus grand nombre et pour le public le plus divers possible. De ce côté-là aussi, c’est plutôt réussi ! Le taux de remplissage des salles approche les 94%, en hausse par rapport à l’année dernière. D’autant que 15.000 places de plus étaient proposées à la vente. 44 spectacles étaient présentés cette année dans 42 lieux, dont la Carrière Boulbon retrouvée, et la nouveauté que constituent les espaces naturels de Pujaut et Barbentane. Une délocalisation en milieu naturel qui va se poursuivre lors des prochaines éditions.

Avignon, c’est une manifestation culturelle portée par l’attachement du public à « son » Festival, mais qui doit s’ouvrir à d’autres ! Grâce au dispositif « Première fois », engagement phare de la nouvelle direction, le Festival a compté 5000 spectateurs nouveaux, et 2 800 personnes ont suivi des médiations, des visites et des ateliers. Les jeunes, également, étaient plus nombreux dans les salles.

Coté scène, 75% d’artistes faisaient également leur première fois à Avignon. Le pari de la langue invitée a été tenu avec quatorze projets liés à la langue anglaise, ce qui a logiquement permis une augmentation du public international, grâce aussi à 64 % de la programmation surtitrée ou accessible à un public anglophone.

Avant-goût

L’année prochaine, la langue invitée sera l’espagnol. Une langue « qui raconte une histoire de l’Europe dans le monde » et « qui se parle dans des pays avec une grande richesse des arts vivants », a justifié le dramaturge portugais. Quant aux dates, le Festival sera légèrement décalé en raison des Jeux olympiques. Il se tiendra du 29 juin au 21 juillet 2024, soit deux jours de plus que cette année.

Côté programmation, Tiago Rodrigues mettra en scène d’Hécube d’Euripide, avec la Comédie-Française, pour faire résonner Antiquité et problématiques contemporaines.

Le spectacle itinérant produit par le Festival, sera conçu par Mariano Pensotti, metteur en scène argentin.

Mothers. A Song for Wartime de Marta Górnicka qui devait se jouer cet été sera présenté l’année prochaine. Si réunir le cœur composé de 21 mères ukrainiennes, polonaises et biélorusses s’avère, enfin, possible.

Caroline Guiela Nguyen, nouvelle directrice du Théâtre National de Strasbourg, réserve Lacrima, sa nouvelle création, pour cette 78e édition. Elle y suivra le parcours de fabrication  d’une robe, d’Alençon où travaillent les dernières dentelières, à Mumbay (Inde) où sont conçues les broderies. Un parcours géographique et historique qui mêlera secrets, violences, comédiens amateurs et professionnels et quatre langues. Du pur Festival d’Avignon !

Rafael Benabdelmoumene

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus