mercredi 30 novembre 2022
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesExécution magistrale

Exécution magistrale

Des thèmes sérieux portés avec humour, Agnès Régolo n’a pas loupé la première de son Tableau d’une exécution

Pas étonnant qu’Agnès Régolo ait eu envie de monter Tableau d’une exécution d’Howard Barker. La crudité de ton du dramaturge britannique, son humour décapant, la structure de la pièce également – vingt épisodes menés tambour battant –, tout cela ne pouvait qu’inspirer cette metteuse en scène frondeuse et drôlement douée. La mise en scène qu’elle en propose donne à entendre le texte, à le savourer pleinement, à rire souvent de ses répliques assassines, de ses constants changements de registres… même si les thèmes abordés – les relations entre les artistes et le pouvoir, entre les créateurs et les critiques, la place des femmes, la récupération de l’art par les puissants – ne sont pas si comiques. Surtout quand ils ont une évidente portée contemporaine, malgré l’ancrage de la pièce dans la Venise de la Renaissance. 

Une troupe soudée
Sur le plateau, flanqué de deux rangées de candélabres à intensité variable, neuf tables, qui figureront tour à tour l’atelier de la peintre Galactia, une église, le palais du doge de Venise, une prison…. Le fond de scène est dominé par un écran géant, le plus souvent d’un blanc aveuglant, parfois coloré (comme une image fantôme du tableau monumental qui constitue le fil de l’intrigue ?). Dans ce sobre espace modulable, aux scènes rythmées par la sauvage composition musicale de Guillaume Saurel, les mots de Barker se déploient, portés par six comédiens formidables. À leur tête, Maud Narboni campe superbement une Galactia farouche, jalouse de sa liberté, dans la vie comme dans la peinture. Face à elle, un amant pas vraiment à la hauteur (excellent Kristof Lorion), un doge pétri de contradictions, délicieusement insupportable (Nicolas Geny, remarquable) ; et les autres, qui endossent plusieurs rôles avec aisance. Tous sont habités et l’on sent l’énergie d’une troupe soudée, qui « a fait du bon travail », comme l’a souligné la metteuse en scène à l’issue de la première. Alors, même s’il reste quelques ajustements à réaliser, c’est indéniable, avec son très personnel et très applaudi Tableau d’une exécution, Régolo nous a régalés ! 

FRED ROBERT

Le Tableau d’une exécution a été joué du 8 au 12 novembre au Théâtre Joliette, à Marseille
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus