dimanche 14 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesFaire la lumière

Faire la lumière

Au Camp des Milles, Frédéric Moulin présentait À rendre à M. Morgenstern en cas de demande, une pièce sur l’histoire d’une famille traquée pendant la Seconde Guerre mondiale

Au départ, il y a une boîte noire en carton bouilli retrouvée dans un grenier, un dossier gris assorti d’une note écrite au crayon à papier « À rendre à M. Morgenstern en cas de demande ». L’écriture est celle du grand-père de Frédéric Moulin. Nous sommes en 2018 au mois de janvier, l’acteur se plonge dans la centaine de documents contenus dans le dossier : lettres, notes, assignations à résidence, passeports, photos, permis de séjour, certificats médicaux, lettres préfectorales…. Qu’est-il arrivé à la famille Morgenstern, quelles relations avait-elle avec le grand-père, imprimeur de son métier, de Frédéric Moulin ? 

Naît une véritable enquête au cours de laquelle le comédien ira consulter les recueils du CHRD au mémorial de la Shoah, s’entoure d’historiens (principalement issus du réseau Mémorha). L’histoire « trop romanesque, trop parfaite pour sembler vraie », explique l’acteur, devra être mise à distance dans la pièce. Sabine Moindrot endosse le rôle de découvreuse. Elle entre dans cet univers avec une sensibilité et une justesse de jeu rares au cœur d’une mise en scène en épure qui se nourrit des ombres et des lumières, des paroles prononcées derrière un long rideau qui permet aussi la projection de photographies et de documents. La famille de Leopold Morgenstern-Singer devient familière : quel soulagement à l’annonce de leur fuite rocambolesque en Suisse ou de la naissance de leur deuxième enfant en 1945 ! Jouée au Camp des Milles, le lendemain des manifestations contre l’antisémitisme, la pièce prend une résonnance particulière. Il n’est pas question de « devoir de mémoire mais de travail de mémoire » précise Frédéric Moulin alors que, convié sur le plateau avec le père de l’acteur, Robert Singer, (l’enfant né en Suisse en 1945), lit un texte dans lequel il remercie ceux qui ont contribué à sauver sa famille et rappelle combien l’humanité a besoin de la solidarité des êtres et de leur attention pour ne pas plonger dans la barbarie. Le mouvement dialectique entre histoire et mémoire tient ici de l’intime et renvoie chacun à sa responsabilité individuelle. 

MARYVONNE COLOMBANI

La pièce a été donnée le 13 novembre 2023 au Camp des Milles, Aix-en-Provence. 
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus