vendredi 19 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNon classéCirqueLa Biac, au fil de l’ô   

La Biac, au fil de l’ô   

Avec ses dizaines de spectacles programmés, la biennale du cirque anime l’hiver de la région d’un bouillonant univers créatif. Retour sur certains d’entre eux

Flamboyants rituels 

C’était l’un des spectacles attendus de cette Biennale Internationale des Arts du Cirque (lire aussi nos articles sur la Biac 2023, ici) : Brame, la nouvelle création de Fanny Soriano, artiste mise à l’honneur de cette 5e édition, qui présente par ailleurs l’intégralité de son répertoire tout au long du festival. Pour la première fois, la circassienne s’attaque à un grand plateau : huit acrobates en scène, à parité exacte, évoluent au sein d’une véritable forêt reconstituée permettant toutes les explorations verticales. L’attrait intact de l’artiste pour les éléments végétaux et organiques explose dans cette scénographie inventive, à base d’arbres dénudés, de véritables bois de cerf ou de plumes d’un noir de jais. L’éblouissante scène d’ouverture fait quant à elle montre de son savoir-faire : à terre, une masse grouillante composée de huit corps enchevêtrés, pour une ondulation incessante parcourant le plateau. Puis les binômes s’affranchissent et explorent le panel des rituels amoureux : parade, fusion, domination, soumission, rejet… Chacun porteur d’une indéniable singularité, les interprètes se fondent à merveille dans l’univers qui porte la patte de la metteuse en scène. Quant à son langage corporel, il s’affirme toujours davantage, entre danse et acrobatie, empruntant parfois au krump, déjouant les assignations de genre et pour la première fois, ne boudant pas l’humour ! 

JULIE BORDENAVE

Brame a été donné les 26 et 27 janvier au Zef, Marseille.

L’intranquillité facétieuse

Les Promesses de l’Incertitude © Julien Mudry

Avant-même le début des Promesses de l’incertitude, le décor donne le ton : des dizaines de sacs lestés en suspension incertaine au-dessus de la scène, au milieu de laquelle trône une peau de banane… Quant au frêle Marc Oosterhoff, il déjoue sans cesse les catastrophes, qu’il boive un café de manière nonchalante, se livre à un étonnant fakirisme du quotidien ou rallie la scène en empruntant le chemin le plus assurément semé d’embûches. La tension monte crescendo au fur et à mesure qu’il assoit son personnage d’éternel intranquille, qui s’effondre littéralement d’émotion à chaque aléa contourné in extremis. En quelques actions bien senties, le cirque en dit beaucoup : de toutes ces impensées épées de Damoclès qui trônent au-dessus de nos têtes quotidiennement… Sans parler des mises en position inextricables dont l’être humain a l’apanage ! 

JULIE BORDENAVE

Les Promesses de l’incertitude a été joué du 27 au 29 janvier au Théâtre Joliette, Marseille.

Peep-show jonglé 

Les fauves-© Christophe raynaud de lage

La compagnie EA EO a assurément tiré son épingle du jeu de la programmation proposée au village de chapiteaux du Prado. Ludique et audacieuse, Les Fauves s’amuse des codes du jonglage comme de ceux du peep-show : assimilés à des bêtes sauvages comme à des phénomènes de foire, les jongleurs sont d’abord enserrés dans des enclos durant un parcours déambulatoire inaugural. Chacun enfermé dans sa performance comme dans une véritable prison mentale (belle métaphore de la vie d’un jongleur !), donnant à voir des aspects singuliers de sa discipline : de micro performance en apnée au sein d’un aquarium géant, une jongleuse antipodiste qui substitue les pieds aux mains… Électrisant, baigné de lumières néon, d’une musique lancinante et des boniments d’une irrévérencieuse Mme Loyal, ce prologue joue habilement avec le dedans / dehors, au coeur et autour de la piste, jusqu’à une ludique percée en extérieur, avec le massif de Marseilleveyre en toile de fond. Puis le show se rassemble au centre des gradins, et la tension – comme l’intérêt – redescendent d’un cran, pour se muer en une trop banale succession de numéros, aussi talentueux fussent les artistes, Wes Peden et ses massues fluo en tête.

JULIE BORDENAVE

Les Fauves a été joué du 20 au 28 janvier au Village chapiteaux du Prado, Marseille. 

Le geste à la parole 

Desoberire © Francis Aviet

C’est entre deux spectacles, au sein du chaleureux Magic Mirrors, que le dramaturge Guillaume Clayssen cueille le spectateur avec Désobérire. Habitué des mises en scène circassiennes, le dramaturge fait ici l’apologie du poil à gratter théorique, en compagnie de l’acrobate Roberto Stellino lui grimpant littéralement dessus pour une auto proclamée « conférence philosophique et circassienne ». Ici, on parlera désobéissance civile, en joignant le geste à la parole. L’exercice de style tire son épingle du jeu dans un contexte qui n’a rien d’évident et réussit l’air de rien, entre une tasse de chocolat et un verre de vin chaud, à aborder des concepts tels que le délit de solidarité ou l’état de nécessité. Le but est atteint : semer les graines du trouble dans les esprits de tous âges en compagnie des penseurs tels que La Boétie, Rousseau ou encore Thoreau.

JULIE BORDENAVE

Désobérire a été joué les 3 et 4 février au Village chapiteaux du Prado, Marseille.

Compas(sion)

La pointe du compas Cie HKC © ALAIN RICHARD PHOTOS

Sortir de la cage dans laquelle le fait d’être née femme semble l’enfermer, Tessa y parvient en rusant. Aussi habilement qu’elle manie la roue Cyr. En se grossissant dans un survêtement XXL comme en fuyant les garçons au point de passer pour une lesbienne. Mélodie Marin incarne avec justesse cette lycéenne surprotégée par sa mère. Avec le talent d’une comédienne doublée d’une circassienne. Le texte d’Anne Rehbinder, qui a adapté son roman La pointe du compas avec le metteur en scène Antoine Coinot, grince de justesse à travers la spontanéité et l’indépendance de cette adolescente qui ne raconte pas un mal-être, juste le refus d’obéir à des normes. Au fil du récit, les raisons de son rejet du féminin, de la chappe maternelle, se révèlent aussi sobrement que tragiquement. Emporté par le mouvement de sa roue Cyr, Mélodie Marin n’en perd même pas le souffle.

LUDOVIC TOMAS

La pointe du compas a été jouée les 24 et 25 janvier à Klap – Maison pour la danse, Marseille.

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus