mercredi 29 mai 2024
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesLes continents du jazz se retrouvent à Marseille

Les continents du jazz se retrouvent à Marseille

Du Brésil à Londres, du Mali au Canada en passant par les États-Unis, des artistes de tous horizons vont de nouveau faire sonner la mondialité du jazz à Marseille

Pour cette nouvelle édition de Marseille Jazz des cinq continents, l’organisation nous a réservé quelques nouveautés. Le plus souvent des bonnes surprises certes, mais aussi des mauvaises. On est par exemple attristé par la fin des concerts conviviaux qui se tenaient sur la terrasse de la villa Gaby, surplombant la corniche et toute la rade de Marseille. Ces soirées, en amont de l’ouverture, mettaient en avant les musiciens talentueux de la scène locale. Autre chagrin, il n’y a plus que trois soirées au lieu des cinq traditionnelles programmées dans les jardins du palais Longchamp. Dur. Renseignements pris auprès du festival, les concerts de la villa Gaby disparaissent suite à la volonté de l’organisation de réduire les concerts hors les murs, qui sont nombreux avant et après les dates officielles du festival (le Parcours métropolitain compte seize dates et seize lieux entre le 1er juin et le 25 novembre) engendrant une surcharge de travail pour les équipes du festival. Quant aux deux soirées qui disparaissent de la programmation des jardins du palais Longchamp, c’est la conséquence directe d’une « baisse substantielle de subvention » de la part de la Ville de Marseille…

On sourit !

Par contre, deux nouvelles nettement plus souriantes : renouant avec le principe d’une date par édition dans un nouveau lieu, principe interrompu l’année dernière, le Marseille Jazz des cinq continents fera son ouverture au Théâtre de la Sucrière, l’amphithéâtre de 1200 places du parc François Billoux (15e arrondissement), le samedi 8 juillet, avec deux créations : la première est le fruit de la rencontre inédite de quatre jeunes musiciennes en pleine ascension : d’un côté la pianiste et chanteuse Clélya Abraham et la batteuse Ananda Brandão, étoiles montantes du jazz hexagonal et fines connaisseuses des musiques caribéennes ; de l’autre, la saxophoniste Sintia Piccin et la bassiste et chanteuse Ana Karina Sebastião, figures de l’inépuisable vivier de la musica popular brasileira. Concert d’ouverture qui sera suivi par la création de Kay, Lettre à un poète disparu, de Lamine Diagne, musicien et conteur, accompagné de ses musiciens, et du cinéaste Matthieu Verdeil, spectacle autour de la présence du poète jamaïcain Claude McKay à Marseille au milieu des années 1920, du temps de l’arrivée du jazz dans la ville.

Autre nouveauté réjouissante : l’invention d’un jazz club éphémère au Conservatoire Pierre Barbizet : ouvert du 24 au 27 juillet de 22 h à 2 h, d’où son nom : le JazzClub 222. Un hommage à Pierre Barbizet, illustre directeur du Conservatoire de Marseille, qui créait à Marseille il y a soixante ans exactement, dans son Conservatoire, la première classe de jazz de France. Il y aura, le 24, le trompettiste new-yorkais Michael Leonhart, le 25, Ishkero, groupe phare de la nouvelle scène française, le 26, ElliAViR, groupe lauréat du tremplin ReZZo de Jazz à Vienne 2022, et le 27, un Grand bal jazz autour de l’actuel directeur du Conservatoire, Raphaël Imbert, entouré d’un combo pétillant et joyeux. À noter qu’il est fort probable, vu la densité des artistes de jazz présents à Marseille à cette période, qu’il y ait quelques (très) belles surprises supplémentaires…

Et aussi

L’ADN du jazz, peut-être encore plus que dans toutes les autres musiques, est sa diversité. Elle est célébrée à chaque édition depuis sa création par le festival, et la programmation 2023 ne fera pas exception ! De la Vieille Charité (du 11 au 13/07), à l’abbaye Saint-Victor (le 16), au Mucem (le 19), au Théâtre Silvain (du 20 au 22) jusqu’aux jardins du palais Longchamp (du 25 au 27). Que ce soit avec la présence des très connus Brad Mehldau (le 13), Dianne Reeves (le 20), Chilly Gonzales (le 21), Marcus Miller (le 22), Gilberto Gil (le 25), Morcheeba et Selah Sue (le 27). Ou avec Dhafer Youssef (le 11) compositeur, maître du oud et vocaliste envoûtant, qui fait dialoguer l’influence du soufisme et le jazz, la musique indienne et les instruments électriques. L’éclosion de Samara Joy (le 25) chanteuse auréolée de deux Grammy Awards cette année : « Best Vocal Jazz Album » et « Best New Artist » ! Les mots d’Oxmo Puccino, qui dialoguera avec les lignes mélodiques du pianiste Yaron Herman (le 12). Ou encore la fusion orient-occident de Sarab, la sagesse du percussionniste Kahil El’Zabar (le 19), la fraîcheur et l’humour d’Emile Londonien, accordant culture clubbing et tradition du trio jazz, les ponts jetés vers le dub-step et les sonorités de la diaspora africaine, de la cumbia au calypso, par la saxophoniste et compositrice britannique Nubya Garcia, ou bien le voyage intime proposé par l’immense joueur de kora Ballaké Sissoko (le 16). Une infinité de mondes, pour tout le monde.

MARC VOIRY

Marseille Jazz des 5 continents
Du 11 au 27 juillet
Divers lieux, Marseille
marseillejazz.com
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus