mardi 26 septembre 2023
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesLes romances de Marina Viotti

Les romances de Marina Viotti

La chanteuse lyrique présente aujourd’hui son dernier album au Festival de musique de chambre de Salon. Un bijou de finesse inspiré par les mélodies françaises et hispaniques.

Si Marina Viotti revient régulièrement au Festival international de Musique de Chambre de Provence, ce n’est pas parce qu’elle a remporté les Victoires de la Musique en chant lyrique cette année, mais bien parce que ses qualités vocales lui permettent d’aborder tous les territoires avec la même intelligence et la même justesse.

Son dernier album, concocté avec la complicité de Gabriel Bianco à la guitare, Porque existe otro querer, dessine un parcours au cœur de mélodies françaises et hispaniques, de Gabriel Fauré à Jacques Brel. Les transcriptions pour guitare des accompagnements pianistiques ou orchestraux, sont d’une richesse rare, faisant écho aux pièces composées pour la guitare, comme Madroños (Les arbousiers) de Federico Moreno Torroba (un solo instrumental superbement enlevé) ou semblent évidentes pour cet instrument, comme le sublime Dos gardenias d’Isolina Carrillo, délicieusement souligné par des scansions dues au saxophone de Gerry Lopez, lorsque la voix de la mezzo-soprano ne mue pas la légèreté en emphase dramatique aussi espiègle que prenante.

Tour du monde

Se jouant de la polysémie du verbe espagnol « querer », « vouloir, aimer, quérir, chérir… » la chanteuse, qui rappelle que le titre de l’album est une référence au texte de la mélodie Quiero d’Inès Halimi, explore le thème de l’amour, de la jalousie, de la déception, de la séduction, de la quête, du souvenir nostalgique. Les mélodies puissantes, élégantes, subtiles de Fauré, Massenet, Manuel de Falla, Pauline Viardot (sublime sur un poème de l’écrivain russe Afanassi Fet, Die Sterne, « Les feuilles se taisaient, les étoiles brillaient »), croisent celles de La chanson des vieux amants de Jacques Brel, ou La vie d’artiste de Léo Ferré sur laquelle la voix récitante magnifie le texte et insuffle toute sa conviction aux paroles « moi je conserve le piano, / Je continue ma vie d’artiste ». La voix lyrique épouse avec aisance et simplicité chaque univers. L’Espagne des Siete Canciones populares de Falla répond aux quatre mélodies de Fauré, traverse l’Atlantique pour la merveilleuse Historia de un amor de Carlos Aleta Almarán (Panama). Un petit clin d’œil à l’Italie avec La danza de Rossini ajoute sa verve malicieuse sur un rythme de tarentelle et l’on regarde les étoiles aux côtés de Pauline Viardot… Un petit bijou de finesse composé de 22 tableautins ciselés !

Maryvonne Colombani

ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus