dimanche 25 septembre 2022
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesOn y étaitSalomé garde la tête haute

Salomé garde la tête haute

Que faire aujourd’hui de la salomania et de son culte un brin défraîchi de femme fatale ? Au sujet de Salomé, fascinante coupeuse de tête, la metteuse en scène bavaroise Andrea Breth ne tarit heureusement ni d’idées, ni d’amour. Grand bien a pris à ce pilier du théâtre allemand, qui fut entre autres la première femme nommée à la tête de la Schaubühne, de s’y atteler. Et de compter, pour cette production, sur la voix et la présence scénique d’Elsa Dreisig, que l’on pensait à tort trop légère, trop mozartienne pour ce rôle si exigeant.

Car il faut bien admettre que la performance de la soprane franco-danoise relève du prodige : la partition, pourtant rude et ample, semble d’une simplicité désarmante. La pureté surréaliste de son timbre et la souplesse ahurissante de son instrument contrastent brutalement avec la sauvagerie de l’Orchestre de Paris, qu’Ingo Metzmacher fait tour à tour rugir, trembler, danser avec grâce… 

FESTIVAL D’AIX EN PROVENCE 2022 SALOME DIRECTION MUSICALE: Ingo Metzmacher MISE EN SCÈNE: Andrea Breth DÉCORS: Raimund Orfeo Voigt COSTÜMES: Carla Teti LUMIÈRE: Alexander Koppelmann CHORÉGRAPHIE: Beate Vollack Salome Elsa Dreisig Jochanaan Gábor Bretz Herodes John Daszak Herodias Angela Denoke Narraboth Joel Prieto Ein Page der Herodias Carolyn Sproule Erster Jude Léo Vermot-Desroches Zweiter Jude Kristofer Lundin Dritter Jude Rodolphe Briand Vierter Jude Grégoire Mour Fünfter Jude / Zweiter Soldat Sulkhan Jaiani Erster Nazarener / Ein Kappadozier Kristján Jóhannesson Zweiter Nazarener Philippe-Nicolas Martin Erster Soldat Allen Boxer Eine Sklavin Katharina Bierweiler Danseuses et danseurs Martina Consoli Beatriz De Oliveira Scabora Jacqueline Lopez Alessia Rizzi

De l’ô dans le gaze 

Cette Salomé d’une blancheur immaculée se fait, malgré elle, astre d’une nuit sans fin. Celle-ci se mue en cène de pacotille, table de banquet vidée de victuailles, ou en terre volcanique, lieu d’éruption du désir. La jeune princesse sort, conformément au livret, à peine de l’enfance : tout juste sait-elle se distinguer de sa mère, Hérodiade. Autre brillante idée : cette mère bafouée par son mari est interprétée avec une délicatesse émouvante par Angela Denoke, qui incarna elle-même Salomé à plusieurs reprises et cale joliment ses interventions sur celles de sa jeune partenaire. Étouffé par la violence mortifère de son environnement, le désir naissant de cette Salomé adolescente est impossible à assouvir. Il ne peut que se faire pervers, morbide : et ce d’autant plus parce qu’il se dirige vers l’incarnation même de la pureté. Soit Jochanaan, aussi fade et pédant que la voix de Gabor Bretz est riche et ancrée. Bien que visiblement moins intéressée par ses protagonistes masculins que par ses figures féminines, Andrea Breth nous gratifie cependant d’un Hérode nuancé, là où d’autres l’auraient volontiers dépeint en beau-père libidineux. John Daszak l’incarne avec le même mélange de majesté et de naïveté, fort d’un ambitus à rallonge et d’un volume particulièrement impressionnant. Les quelques ralentis superflus et surtout les choix de lumière et de floutage par le rideau de gaze, figurant les sept voiles que Salomé ne retirera pas, ou encore le passage obligé de l’abattoir pourront sembler un peu vieillots. Mais la sincérité et la cohérence du projet l’emportent, très largement.

SUZANNE CANESSA

Salomé de Richard Strauss a été donné du 5 au 19 juillet au Grand Théâtre de Provence dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence.

Article précédent Sur les traces du cheval blanc
Article suivantSage comme une image
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus