vendredi 27 janvier 2023
No menu items!
spot_img
AccueilCinémaGoncourt de circonstance

Goncourt de circonstance

Avec Youssef Salem a du succès, Baya Kasmi signe une comédie de mœurs bien troussée

Youssef Salem a du succès est le deuxième long-métrage réalisé par Baya Kasmi après Je suis à vous tout de suite en 2015. La complice, à la ville comme à l’écriture, de Michel Leclerc, était déjà à l’origine du grand succès critique et public du Nom des gens. Peu de choses séparaient alors la Bahia extravertie, sensuelle et opiniâtre de sa créatrice ; tout comme de nombreux traits prêtés à Hanna, dont la névrose de gentillesse cachait un profond traumatisme, rapprochaient de nouveau l’héroïne de Je suis à vous tout de suite de sa réalisatrice. 

Une révélation 
Ici encore, l’apparente légèreté du propos, l’enchaînement de répliques bien senties et l’abattage des comédiens adoucissent sans la dénaturer une certaine mélancolie, voire même une véritable inquiétude. Celle, peut-être, de se voir qualifier de « collabeur » pour sa représentation burlesque d’une famille d’immigrés et d’enfants d’immigrés ? C’est en effet ce reproche qu’essuiera lors d’une émission télévisée Youssef Salem, écrivain campé avec conviction et sensibilité par Ramzy Bedia, lorsque paraît son roman Le choc toxique, directement inspiré de sa famille et des tabous qu’elle a érigés, entre autres, autour de la sexualité. Il faut dire que ni l’autrice réelle, ni l’auteur fictif, n’y vont avec le dos de la cuiller dans leur dépiction d’une sexualité réprimée mais aussi dans le refoulement de toute pulsion de révolte. 

Et c’est finalement moins du regard extérieur, ou de celui d’une communauté, que Youssef Salem a du succès semble se soucier, que de celui du simple cercle familial. En lice pour le Goncourt, à la grande joie de l’agent littéraire de Youssef – formidable Noémie Lvovsky – son roman court le risque inconsidéré de tomber entre les mains de ses parents. Et de leur révéler les secrets que leur cachent non seulement Youssef, mais également sa sœur homosexuelle, ou encore sa cadette au caractère bien trempé. C’est sans doute dans ce rôle bref mais porteur d’espoir et de renouveau que l’on rencontre la révélation du film : Melha Bedia, petite sœur de Ramzy, qui lui tient la dragée haute dans des échanges hilarants de bout en bout.

SUZANNE CANESSA

Youssef Salem a du succès, de Baya Kasmi
En salle depuis le 18 janvier
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus