samedi 22 juin 2024
No menu items!
spot_img
AccueilArts visuelsLe Château de Servières, à double tranchant 

Le Château de Servières, à double tranchant 

Deux expositions collectives ouvrent 2023 au Château de Servières : In memory of my feelings, dans le cadre de du festival Parallèle, et Rouvrir le Monde – Restitution

Le programme La Relève organisé pour la 13e édition du festival Parallèle souhaite, comme l’indique la curatrice Arlène Berceliot Courtinn, établir « une forme d’archive vivante des émotions. Un chemin aux contours non-binaires le long duquel les artistes partagent des récits individuels et collectifs issus d’investigations menées au long-cours ».

Au Château de Servières, on peut voir plusieurs propositions s’intéressant au renouvellement des liens avec « la nature » : une vidéo de fleur signée du duo Anastasia Simonin et Kazuo Marsden, accompagnée de deux joysticks en bois et en cire, invitant à « partager le rêve humide d’une abeille ». Un « film-poème » de Damien Cattinari permettant de contempler les reflets changeants d’une « étude de paysage » rêveuse de rivière en forêt. Un témoignage en split screens et en gestes de mains et de pieds d’une expérience communautaire en pleine nature polonaise d’Élodie Rougeaux-Leaux. L’exposition est ponctuée de petites sculptures biomorphiques aux formes nodales d’Antoine Dochniak, constituées par exemple avec du Pla (acide polylactique) naturel, des étamines ou des pétales de lys, du pollen ou de la mangue soufflée. Les relations inter-humain·e·s ne sont pas oubliées : Caroline Thiery, avec ses Ghost costumes (plaids industriels peints) et son fanzine After-eight, parle d’amour et de sexualité traversés d’injonctions sociales, de façon décomplexée. Zoé Ledoux s’amuse à proposer un espace invitant les artistes à se renseigner sur l’art sinusoïdal, permettant de « trouver l’équilibre de la création ». 

Lidl Paradise
Dans la deuxième salle du Château, nous voici plongés dans les restitutions d’ateliers participatifs menés par quinze autres artistes pendant l’été, en partenariat avec diverses structures sociales (centres sociaux mais également Ehpad, centres d’accueil pour adultes et autres associations) et dans le cadre du dispositif national Rouvrir le monde, organisé depuis l’été 2020 par le ministère de la Culture. 

On y voit notamment une bande d’enfants joyeux emmenée par Juliette Guérin, transformant le Lidl du quartier des Crottes en Lidl Paradise à coup de fausses « nourritures-sculptures ». Barbecue, brochette, sucette ou pizza… ici tout est fake. Également une résidence que Kiana Hubert-Low a décidé de passer en compagnie de ceux qui sont souvent seuls. Elle en tire des mises en scènes photographiques issues des différents témoignages collectés. Il y a là d’amusantes fausses œuvres d’artistes contemporains hommes célèbres (Soulages, Cadere, Buren…), réalisées par des résidentes de l’Ehpad du Lac à Arles, rencontrées par Juliette George. Ou des dessins chamaniques sur papier de soie noir, où l’humain fusionne avec le vivant, orchestrés par Madely Schott en résidence à l’Ehpad des Jardins d’Haïti.

MARC VOIRY

In memory of my feelingsetRouvrir le Monde – Restitution
Jusqu’au 18 mars
Château de Servières, Marseille
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus