dimanche 14 juillet 2024
No menu items!
spot_img
AccueilNos critiquesPlace aux compagnies : une première sortie de résidence prometteuse

Place aux compagnies : une première sortie de résidence prometteuse

Clara Chrétien présentait à La Distillerie une première étape de La compagnie des oiseaux, une pièce à l’univers scénique menaçant, et réussi

Le dispositif de Place aux compagnies 2023 (lire ici notre entretien avec Christophe Cave, directeur de La Distillerie) a démarré avec la présentation d’une première partie du spectacle écrit et mis en scène par Clara Chrétien qui permet d’apprécier le travail accompli. Au début plongé dans la fumée, le décor inquiétant installe d’emblée le spectateur dans une atmosphère étrange. On ne discerne pas tout de suite la forme humaine tassée dans un coin du plateau. Le fond est occupé par une porte percée d’un hublot qui laisse passer une lumière blafarde. Un homme surgit et appelle « Esther ! », la lumière monte peu à peu et l’on distingue la femme assise dans un fauteuil roulant. L’homme demande où il est, la femme au regard noir, excellente Zoé Guillemaud, répond par signes, puis un dialogue confus s’installe. On comprend peu à peu que derrière la porte se trouve un monde mystérieux auquel on ne peut accéder qu’avec une autorisation spéciale. La lumière dévoile alors une autre femme derrière un bureau sur lequel trônent deux vieux téléphones qui vont sonner l’un après l’autre dans un silence pesant. L’autre femme, étonnante Juliette de Ribaucourt, décroche avec des gestes lents et dialogue avec un haut responsable administratif.

Un univers kafkaïen 

Clara Chrétien et la dramaturge Nina Ayachi, qui ont pensé ensemble l’univers scénique, ont su rendre l’atmosphère lourde et menaçante, aidées en cela par les sons et lumières de Guillaume Ohrel. Questionné, l’homme, Stéphane Monpetit, déclare rechercher une jeune femme qui est peut-être de « l’autre côté ». Les deux femmes semblent vouloir l’aider mais la procédure est longue et les autorisations difficiles à obtenir. Cela donne des dialogues cocasses, des regards, des rires fous. Clin d’oeil aux lourdeurs administratives que nous connaissons tous…

À ce stade du travail, on n’en saura pas plus. Il faut attendre une deuxième résidence dont le lieu d’accueil n’a pas encore été trouvé. Qu’adviendra-t-il de cette histoire qui semble s’apparenter à celle d’Orphée descendant aux Enfers pour trouver Eurydice ?

CHRIS BOURGUE

La compagnie des oiseaux par la Cie Le vaisseau a été donné le 11 novembre à La Distillerie, Aubagne.
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus