vendredi 27 janvier 2023
No menu items!
spot_img
AccueilMusiquesCaravane Arabesques : Fêtez Noël à l’Andalus

Caravane Arabesques : Fêtez Noël à l’Andalus

La Caravane Arabesques de l’association montpelliéraine Uni’Sons s’arrête au domaine de Bayssan à Béziers, du 16 au 18 décembre pour un mini-festival au croisement artistique entre l’Occident et le monde arabe

Et si vous passiez un week-end de noël Al-Andalus ? Imaginez-le comme un voyage dans le temps, à la découverte d’une période du Moyen-Âge appelée Al-Andalus, située entre 711 et 1492, pendant laquelle la péninsule ibérique a vécu sous domination musulmane. Ce qui a eu beaucoup d’influence sur les arts de l’époque, imprégnés du mélange des cultures.

« Nous voulions que ce soit une vraie parenthèse enchantée et familiale dans le cadre magnifique du domaine de Bayssan. Soit pas moins de cinq spectacles en un week-end, des ateliers danse, de la calligraphie… », détaille Habib Dechraoui, directeur d’Uni’Sons. Basée au cœur du quartier populaire de la Paillade, à Montpellier, l’association œuvre depuis 2000 à faire de la culture un vecteur de cohésion, d’insertion et de vivre ensemble. Et ce en variant les disciplines, du hip hop aux arts du monde arabe. C’est elle qui est à l’initiative du festival Arabesques, devenu un rendez-vous incontournable des arts du monde arabe dans toute leur diversité et dont la 17e édition s’est déroulée en septembre dernier. Depuis douze ans, la Caravane Arabesque est une programmation artistique dans le prolongement du festival. Une façon de continuer à promouvoir la diversité culturelle et la rencontre en arpentant le territoire. « Nous faisons une vingtaine de Caravanes Arabesque dans la région, tout au long de l’année et en collaboration avec les acteurs culturels locaux », explique Habib Dechraoui, également directeur artistique du festival montpelliérain.

Parole de liberté

Vendredi 16 à 20h30, le week-end festif débute par un one-man show de l’humoriste franco-algérien Sami Améziane, alias le Comte de Bouderbala. À 43 ans, cet ancien joueur international de basket présente son troisième spectacle intitulé 3, entre sens inné de l’improvisation, maîtrise de l’autodérision et questionnements plus sociétaux d’un quadra devenu père de famille. La programmation au domaine de Bayssan de celui qui a cartonné avec ses deux spectacles précédents fait écho à « une longue histoire avec le festival Arabesques ». Une anecdote que raconte volontiers son directeur : « On a été obligés d’annuler le spectacle du Comte de Bouderbala à trois reprises, dont deux fois à cause de la pluie en 2019 puis en 2020. Puis on a voulu le faire au Corum, mais ça n’a pas pu avoir lieu à cause du couvre-feu. Heureusement on a conjuré le sort cette année lors de la dernière édition du festival qui s’est très bien passée !». 

La soirée du samedi 17 débute à 18h par le spectacle Aïta sur les traces des Chikhates de Widad Mjama. Souvent présentée comme « la première femme rappeuse du Maghreb », cette musicienne installée à Montpellier depuis quelques années est notamment connue des amateurs de musique pour sa participation au groupe N3rdistan, en duo avec le chanteur Walid ben Selim, entre trip hop et rock electro. Un groupe découvert à Arabesques en 2015 puis revenu y jouer en 2018 en première partie de Bachar Mar Khalife. Création 2022 portée par +SilO+, centre de création coopératif dédié aux musiques du monde et traditionnelles en Occitanie, son projet est né de la volonté de mettre en avant une tradition musicale marocaine portée par les femmes, les Chikhates. Une vraie parole de liberté et d’émancipation. « Widad Mjama travaille sur ce projet depuis plusieurs années, c’est un véritable défi que de s’attaquer à ce répertoire populaire du Maroc. Un répertoire que les chanteuses interprétaient dans des cabarets, des chants qui étaient souvent interdits, car ces femmes osaient parler de tout ce qui était tabou. Ce n’est pas rien. C’est une proposition très originale par une artiste fabuleuse qui rappe, chante et mixe », s’enthousiasme Habib Dechraoui.

Mille et une histoires

La soirée de samedi se poursuit avec de la danse. Bazamat sur les traces d’Al-Andalous est une création de la compagnie de la danseuse et chorégraphe espagnole Nesma. «Bazamat » signifie « traces » en arabe. Sur scène, sept danseuses et six musiciens pour une interrogation sur l’influence de la civilisation arabo-andalouse. « C’est une très belle création de cette compagnie avec laquelle nous avons déjà collaboré, un projet qu’on va accompagner sur d’autres événements », souligne le programmateur. Samedi et dimanche, en journée, ne pas rater non plus la venue trois grands conteurs, des « fidèles du festival », à l’occasion « d’un grand voyage à l’époque Al-Andalus », au pays des mille et une histoires, à travers l’imaginaire, la poésie et la musique. Trois spectacles de 45 minutes pour tous les publics : La Ronde Andalouse par Halima Hamdane (dès 3 ans), Contes de sagesse et d’Orient par Jihad Darwiche et Les Dits d’Ali par Ali Merghache (à partir de 6 ans). Des ateliers de danse orientale sont également proposés aux adultes et aux enfants (gratuit sur réservation) ainsi qu’un espace jeune public avec des jeux créatifs en libre accès, des stands de calligraphie et des tatouages au henné. Petite déception toutefois avec la déprogrammation au dernier moment d’Ali Khattab, jeune guitariste égyptien formé au conservatoire du Caire, tombé amoureux de la musique flamenco au point de s’installer en Andalousie où il a su faire sa place. Bonne nouvelle, ce n’est que partie remise : « son spectacle devrait être reprogrammé au domaine de Bayssan durant l’été 2023 », confirme l’équipe d’Uni’Sons qui prépare de nombreux événements. Parmi eux, un concert de la grande Souad Massi à l’Opéra de Montpellier, le 18 mars prochain.

ALICE ROLLAND

Caravane Arabesques
Du 16 au 18 décembre
Domaine de Bayssan, Béziers
04 67 28 37 32 scene-de-bayssan.herault.fr

Article précédent
Article suivant
ARTICLES PROCHES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus