vendredi 1 mars 2024
No menu items!
spot_img
AccueilScènesHarpagon à l’Opéra

Harpagon à l’Opéra

Créé en octobre 2022 au TNP de Villeurbanne, L’ Avare version Jérôme Deschamps est invitée par le Théâtre du Gymnase sur la scène de l’Opéra de Marseille

On connait bien Jérôme Deschamps. Auteur, metteur en scène, comédien, ancien directeur de l’Opéra-Comique et cocréateur de la troupe des Deschiens. Et lui connaît bien son Molière ! Après avoir mis en scène Les Précieuses ridicules (1997) puis Le Bourgeois Gentilhomme (2022, avec musique et ballet), il s’est remis à l’ouvrage sur un autre grand classique du maître : L’Avare. Représentée pour la première fois sur la scène du Palais-Royal le 9 septembre 1668, cette comédie de caractère en cinq actes et en prose, adaptée de La Marmite de Plaute, n’a pas particulièrement passionné le public à l’époque, alors qu’elle deviendra par la suite l’un de ses plus grands succès. L’une des raisons avancées est que L’Avare est parfois qualifiée, à l’instar du Misanthrope et des Femmes savantes, de « comédie sérieuse ». Car Harpagon, que Molière interprétait lui-même, n’est pas un personnage entièrement comique. Et sous les excès d’une passion aveugle pour l’argent, se trouvent la tyrannie domestique, le mariage forcé, l’individualisme et la misogynie. Mais aussi la cruauté, la solitude et la tristesse.

Rendez-moi ma cassette !

« Comédie sérieuse », comédie de caractère, qui n’empêche la comédie d’intrigue : Élise veut se marier avec Valère tandis que son frère Cléante veut épouser Mariane. Mais leur père, le vieil Harpagon, usurier, a lui-même jeté son dévolu sur Mariane, tandis que sa fille doit se marier avec un vieux marchand, et son fils avec une riche veuve. À la satire d’origine, Jérôme Deschamps ajoute une touche de folie teintée d’absurde, dans une mise en scène sobre, laissant toute la place au jeu des acteurs et à la richesse du texte : décor volontairement minimaliste, fard blanc sur les visages, et costumes d’époque (confectionnés par Macha Makeieff et les ateliers costumes du TNP). Tout comme Molière, dans le rôle du vieil avare accroché à sa cassette, le metteur en scène s’en donne à cœur joie : bedonnant et traînant de l’arrière-train, tout en délires, loufoqueries et férocités. 

MARC VOIRY

L’Avare
Du 29 novembre au 1er décembre
Opéra de Marseille
Dans le cadre de la saison du Gymnase hors les murs.
lesthéâtres.net
ARTICLES PROCHES
- Publicité -spot_img

Les plus lus